Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le député allemand Andrej Hunko donne la conférence "Que se passe-t-il au Venezuela ?"
Écrit par Joselyn Ariza le 21/06/2019. Publié dans Solidarité

Le club Voltaire de la ville de Francfort a été le théâtre de la conférence extraordinaire " Que se passe-t-il au Venezuela ", offerte par le parlementaire du parti de gauche allemand " Die Linke " Andrej Hunko, membre du parlement allemand depuis 2009. Le parlementaire a eu l'occasion d'exposer au public l'expérience de son dernier voyage au Venezuela, où il a rencontré le Président Nicolas Maduro. Andrej Hunko a mentionné qu'il a appris à connaître à la première personne la réalité du Venezuela, qui est déformée dans la grande majorité des médias internationaux. 

Andrej Hunko a noté que lors de la rencontre avec le Président Nicolás Maduro, il y a eu un échange d'idées très pertinentes.

"Ce fut une très bonne conversation, nous avons eu l'occasion de parler de politique internationale, des sanctions économiques contre le Venezuela et du vol de plus de 5 milliards de dollars appartenant au Venezuela par les banques internationales. Le président Maduro m'a également parlé des alliances stratégiques avec la Russie, la Chine, Cuba et l'Inde.

Le parlementaire s'est montré très critique à l'égard de la décision du gouvernement central allemand de reconnaître les groupes putschistes de l'opposition radicale vénézuélienne, à laquelle il a ajouté : "Je regrette vivement la décision du gouvernement central (allemand) de reconnaître l'auto-proclamation. Au Venezuela il y a une situation de "Changement de Régime" promu par les Etats-Unis. Le gouvernement allemand a provoqué une rupture dans sa politique internationale et diplomatique, jamais vue auparavant, dans laquelle une personne a été reconnue comme représentant d'un pays sur la place de Caracas, ignorant totalement la manière dont elle l'avait fait jusqu'alors, où les États étaient reconnus et non les individus.

Il s'est également montré très critique à l'égard des menaces proférées début 2019 contre le gouvernement du président Nicolás Maduro par certains pays européens.

"En janvier, j'ai appris que le gouvernement espagnol, le gouvernement allemand et d'autres pays européens s'étaient réunis pour menacer le Venezuela et lui lancer un ultimatum, pour appeler à des élections présidentielles, qui avaient déjà eu lieu quelques mois auparavant et qui avaient été largement gagnées par le président actuel Nicolas Maduro. Nous avons eu des observateurs de notre parti aux élections et nous pouvons attester qu'il s'agissait d'un processus propre, démocratique et participatif où les Vénézuéliens sont allés voter et ont choisi leur gouvernement de façon légitime.

Le parlementaire a également évoqué l'attaque de l'ambassade du Venezuela à Washington par des groupes d'opposition violents et le gouvernement américain, soulignant que " la diplomatie est une question très différente des relations et des décisions de nature politique ; cela est clairement stipulé dans la Convention de Vienne sur les relations diplomatiques. C'était un acte et une situation scandaleuse, malheureusement cette situation a été dénoncée presque uniquement dans les réseaux sociaux, les grands médias en Europe ont eu un comportement scandaleux, où aucun média n'a rapporté ce qui est arrivé. Il en a été de même pour le président Nicolás Maduro, qui a été élu lors d'élections libres et démocratiques. Il y a eu une campagne médiatique de calomnies et d'attaques constantes de l'Europe contre le gouvernement du président Maduro. J'ai moi-même été victime d'une attaque médiatique, qui m'a reproché d'avoir pris la décision de me rendre au Venezuela.

Le parlementaire a rappelé que les sanctions et le blocus économique imposés par Donald Trump au Venezuela ne sont pas nouveaux en tant que pays autoproclamé, mais qu'ils existent depuis des années et a cité comme exemple l'annulation des liaisons aériennes entre le Venezuela, les États-Unis et certains pays européens.

Pour conclure l'événement, Hunko voulait appeler à un dialogue sincère et constructif, mais un dialogue qui devrait avoir lieu avant et non après une guerre civile.

"Le président Nicolas Maduro a appelé à s'opposer au dialogue, mais cela n'a aucun sens si les opposants reçoivent des ordres et des appels de Washington, ces groupes ne prennent pas leurs propres décisions. Les opposants ont boycotté les élections présidentielles en 2018. Le gouvernement vénézuélien a même invité des observateurs de l'Union européenne pour les élections présidentielles de l'époque, et la réponse de l'Europe a été "nous n'y allons pas". Die Linke a envoyé une commission aux élections et je peux dire que les élections étaient démocratiques, justes et légitimes. Je suis ici pour manifester ma solidarité avec le gouvernement du président Nicolas Maduro et avec le peuple vénézuélien et pour rejeter les sanctions économiques américaines contre le peuple vénézuélien.
source :  http://mppre.gob.ve/2019/06/21/conferencia-frankfurt-partido-die-linke-venezuela-hunko/

Tag(s) : #DieLinke, #Venezuela, #Hunko

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :