Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

le Congrès national africain convaincu du triomphe électoral
 Par Ilsa Rodríguez Santana

Pretoria, le 5 mai (Latin Press) Les dirigeants du parti au pouvoir en Afrique du Sud, le Congrès national africain (ANC), expriment aujourd'hui leur conviction d'un nouveau triomphe lors des élections de mercredi, comme ils le font depuis le début de la démocratie en 1994.

Ces critères circulent ce dimanche avant l'événement au stade Ellis Park de Johannesburg, où le président Cyril Ramaphosa prendra la parole devant plus de 70 000 partisans de l'ANC réunis dans ce que l'on appelle la "concentration de la victoire".

Ronald Lamola, membre du Comité exécutif de l'ANC, a déclaré à la presse que son parti en avait fait assez pour le pays.... Nous avons entendu la clameur populaire et la reconnaissance de nos réalisations ", a-t-il dit.

Selon David Makhura, président du parti au pouvoir dans la province de Gauteng, l'appel de l'organisation va déborder le stade et remplir les zones adjacentes dans ce dernier appel avant les élections prévues.

Les médias soulignent que ce sera la dernière chance de l'ANC d'attirer des électeurs indécis, un jour qui profitera également des partis d'opposition qui prévoient des événements similaires, 72 heures avant le début du vote.

Le mouvement d'opposition pour l'indépendance économique (EFF) dirigé par Julius Malema célèbre une mobilisation similaire dans le stade d'Orlando, dans le quartier de Soweto.

Hlengiwe Mkhaliphi, vice-président de l'EFF, a déclaré qu'ils s'attendent à ce que des partisans de toute la province de Gauteng soient impatients d'entendre le message de Malema sur les élections générales, au cours desquelles plus de 25 millions de Sud-Africains vont choisir les membres du Parlement, les membres des gouvernements provinciaux et le président du pays.

Entre-temps, les représentants de l'Alliance démocratique se déclarent satisfaits de l'événement qui s'est déroulé hier à Soweto, au cours duquel son président Mmusi Maimane a présenté ses vues sur des questions cruciales comme le chômage et la corruption.

Les élections générales du 8 mai se déroulent à un moment de grande tension en Afrique du Sud car, malgré les progrès réalisés en 25 ans de démocratie, une partie de la population noire, principalement la pauvreté, le chômage et les inégalités, connaît encore des problèmes vitaux.

Ces réalités, conjuguées aux allégations de corruption généralisée de la part des fonctionnaires de l'État et de l'ANC, pourraient conduire à un revirement de position du parti de Nelson Mandela et de nombreux autres combattants anti-apartheid, qui se reflète actuellement dans une majorité absolue au parlement national.

Bien qu'il n'y ait aucun doute sur sa victoire, les analystes locaux estiment qu'il est possible que l'ANC perde certains de ses sièges actuels, qui lui sont attribués par 62 pour cent de tous les députés.

Ils estiment également que l'Alliance démocratique, qui dispose de 87 sièges au sein de l'organe législatif, pourrait également subir des pertes, tout en soulignant qu'une avancée est attendue de l'EFF, qui a remporté 25 sièges lors des élections de 2014, auxquelles il a participé pour la première fois.

Ces trois organisations (ANC, Alianza Democrática et EFF) ont la représentation parlementaire la plus importante, suivies de la traditionnelle Inkhata à 10 sièges et de huit autres organisations qui occupent six sièges pour un dans cette institution législative.

mem/ir

source :  https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=274433&SEO=partido-gubernamental-sudafricano-convencido-de-triunfo-electoral

Tag(s) : #ANC, #AfriqueDuSud, #elections

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :