Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La mobilisation populaire célèbre la sortie du Venezuela de l'OEA
 Par Wiliam Urquijo Pascual

Caracas, 27 avril (Prensa Latina) Les forces révolutionnaires du Venezuela célèbreront aujourd'hui avec une mobilisation populaire la sortie définitive du pays de l'Organisation des États américains (OEA), face aux agressions et interférences promues par l'organisation.

Le vice-président du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) Darío Vivas a informé que la marche partira de la place Morelosy et se rendra au ministère des Affaires étrangères, place Bolívar à Caracas.

Nous enverrons au monde le message que le Venezuela est libre, digne et indépendant ; nous ne sommes pas une colonie nord-américaine, nous croyons au projet de Simón Bolívar, de Hugo Chávez, basé sur l'intégrité latino-américaine et sans subordination à l'impérialisme, a souligné Vivas dans ses déclarations à Venezolana de Televisión.

En avril 2017, la nation sud-américaine a officiellement entamé le processus de retrait de l'OEA, par une décision qui, selon les mots du Président Nicolás Maduro à cette occasion, est souverainement adaptée aux postulats historiques et doctrinaux du processus d'indépendance bolivarienne.

Le président vénézuélien a ensuite déclaré dans une lettre officielle que l'histoire de cette organisation " exprime de façon pitoyable une société kidnappée depuis sa naissance par des intérêts contraires à l'esprit d'intégration et d'union ", a rapporté le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué de presse.

Deux ans après la date à laquelle le Secrétariat général a reçu la notification de la dénonciation, le Venezuela cesse d'être membre de l'OEA ce samedi, conformément aux préceptes de l'organisation hémisphérique.

Peu avant que le gouvernement vénézuélien n'adopte cette décision souveraine, des secteurs extrémistes de l'opposition ont provoqué une escalade sans précédent de la violence dans le pays, tandis que l'organisation intensifiait son intervention dans les affaires intérieures du pays.

Les sessions et résolutions proposées à l'OEA ont en quelque sorte encouragé les manifestations violentes qui ont eu lieu entre avril et juillet 2017 - causant des dizaines de morts, des centaines de blessés et de nombreux dégâts matériels -, ce qui a conduit l'exécutif bolivarien à abandonner ce mécanisme de concertation.

Depuis lors, l'OEA a été le théâtre d'agressions constantes contre la souveraineté vénézuélienne, à la demande du Gouvernement des États-Unis.

Dans la plus récente de ces manœuvres ingérencenistes, le Conseil permanent a approuvé la nomination de Gustavo Tarre comme représentant de l'Assemblée nationale (Parlement) - méprisé depuis 2016 - et de son chef, le membre du Congrès Juan Guaidó, autoproclamé " président en charge " du Venezuela avec le soutien de Washington et ses alliés internationaux.

Un communiqué publié par le ministère des Affaires étrangères décrit comme " une violation flagrante et criminelle du droit international " l'approbation accordée par " un groupe de gouvernements satellites de Washington " à un " pantin politique " désigné par les États-Unis.

Dix États membres de l'OEA (Antigua-et-Barbuda, Uruguay, Mexique, Nicaragua, Guyana, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Suriname, Bolivie, Barbade et Saint-Kitts-et-Nevis) ont explicitement rejeté la violation imposée par cette organisation discréditée d'imposer un représentant illégitime du Venezuela.

Le député de l'Assemblée nationale constituante, Julio Chávez, a qualifié cette semaine l'Organisation des États américains de prolongement du gouvernement des États-Unis.

Chavez a affirmé que cette organisation multilatérale avait perdu sa pertinence historique en adoptant une position de défense des intérêts hégémoniques de l'impérialisme américain dans la région, en référence à la politique hostile de Washington envers la nation sud-américaine.

L'OEA est un espace politique où il n'y a ni débat ni respect du droit international public, avec le temps, de nombreux pays de la région se rendront compte qu'il n'est pas très logique d'y être ", a déclaré l'électeur.

En même temps, le leader socialiste Elías Jaua affirmait que le Venezuela, après sa sortie de l'organisation régionale, se libérera du dernier bastion colonial et impérial auquel il était exposé.

Dans son émission Popular Encounter 121 diffusée par la station de radio YVKE Mundial, le membre du bureau national du Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) a assuré que l'organisation régionale ne sert qu'à garder le silence face aux atroces dictatures.

À cet égard, il a dénoncé que l'OEA appuie les interventions militaires contre la souveraineté des peuples, où Haïti et le Panama se distinguent, un exemple qu'ils entendent imposer à la nation bolivarienne.

Le Venezuela fait un pas vers l'indépendance totale, c'est un pas vers la libération définitive du pays, de la République bolivarienne du Venezuela des anciens mécanismes de domination coloniale ", a déclaré Jaua.

oda/wup/cvl

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=272682&SEO=movilizacion-popular-celebra-salida-de-venezuela-de-la-oea

Tag(s) : #Venezuela, #OEA

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :