Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le génocide de l'Union patriotique est à l'étude par la justice de paix en Colombie
 Bogotá, 5 mars (Prensa Latina) Les victimes du génocide subi par l'Union patriotique (UP) de Colombie au cours des années 80 et 90 du siècle dernier voient avec espoir l'examen de ce cas par la Justice spéciale pour la paix (JEP).

La Chambre de la reconnaissance de la vérité et de la responsabilité de la JEP a décidé la veille d'ouvrir l'affaire 006, relative à l'extermination de militants de l'UP par des membres de la force publique, des agents de l'État, des tierces parties civiles et des groupes paramilitaires.

Elle cherche à clarifier et à déterminer la responsabilité de l'une des pages les plus sombres de l'histoire de la Colombie en se basant initialement sur les rapports fournis par le Bureau du Procureur général, le Centre national de la mémoire historique (CNMH) et la Reinitiar Corporation.

On considère qu'entre 1984 et 2002, il y a eu entre six et mille neuf mille et neuf mille actes de violence politique contre des membres de l'UP, essentiellement des dirigeants, des militants et des paysans.

Selon la CNMH, à cette époque, 3 122 membres de l'UP ont été victimes d'assassinats sélectifs, 544 de disparitions forcées, 478 d'assassinats dans des massacres et un autre grand nombre d'entre eux ont subi différentes formes de violence.

Deux candidats à la présidence, les avocats Jaime Pardo Leal et Bernardo Jaramillo Ossa, cinq sénateurs, 11 députés, 109 conseillers, plusieurs anciens conseillers et 16 maires ont été victimes de cette extermination systématique.

Les principaux actes de victimisation contre l'UP ont été enregistrés dans les régions de Magdalena Media et d'Urabá, dans les départements de Meta et d'Antioquia, sur la côte des Caraïbes et dans le sud de la Colombie.

L'Union patriotique a recouvré son statut juridique en 2013, à la suite d'une décision du Conseil d'État, qui a reconnu que la persécution contre son militantisme visait à démanteler le parti afin d'empêcher sa participation politique.

Sa présidente, l'ancienne candidate à la vice-présidence de la Colombie Aída Avella, est actuellement sénatrice au Congrès de la République.

agp/tpa/cvl
source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=258355&SEO=genocidio-de-union-patriotica-a-examen-de-justicia-de-paz-en-colombia

Tag(s) : #colombie, #UP

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :