Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Brasilia, 8 février (PL) Le Brésil est aujourd'hui témoin d'une initiative délibérée du pouvoir judiciaire visant à détruire l'ancien président Luiz Inácio Lula da Silva et tout ce qu'il représente pour la démocratie et les politiques visant à réduire les inégalités sociales.

C'est ce qu'affirme le célèbre théologien brésilien Leonardo Boff sur le portail brésilien de Fato après que la juge fédérale Gabriela Hardt eut condamné l'ancien président, qui purge déjà une peine de prison pour d'autres raisons, à 12 ans et 11 mois de prison, considérant qu'il avait bénéficié de réparations dans une maison de campagne à Atibaia, à l'intérieur du Sao Paulo.

Hardt s'est conformé aux preuves du ministère public fédéral selon lesquelles Lula avait consciemment participé à un plan criminel de blanchiment d'argent et de corruption impliquant l'entreprise publique Petrobras et ses sous-traitants. La défense nie de telles accusations.

A cet égard, Boff assure qu'il perçoit " un aspect politique ". L'intention de ceux qui sont au pouvoir n'est pas seulement de condamner Lula, mais aussi de condamner le projet de la nation qu'il représente.

Un idéal, souligne-t-il, " d'inclusion pour diminuer la grande injustice sociale, d'autonomie face à la mondialisation sans être soumis à d'autres puissances ".

L'auteur insiste sur le fait que l'ancien dirigeant ouvrier est l'objet de persécutions politiques de la part de " ces 1 700 opulents et très riches, qui contrôlent encore une grande partie du PIB national (Produit intérieur brut). Le projet de changement social est nié et Lula est injustement emprisonné ", répète-t-il.

Sur la réponse possible de la société civile à ce processus, Boff paraphrase l'un des héros de la révolution mexicaine (Emiliano Zapata) : " Si le gouvernement ne prend pas soin du peuple, le peuple ne devrait pas donner la paix à ce gouvernement.

Nous devons donner le combat à ce gouvernement. Dans la rue, dans les manifestations, dans les diverses ressources juridiques, dans les tribunaux internationaux, et pour dénoncer le monde, souligne le philosophe.

Il souligne que le Brésil vit " dans un État post-démocratique ". Dans un état sans loi. Il est autoritaire et s'attaque à la Constitution et aux lois. Ils condamnent sans preuve. L'important, c'est de condamner".

Il soutient que la justice est au service de cet autre projet : " l'alignement sur l'empire, sur les grands conglomérats mondiaux qui contrôlent l'économie, et sur nous en tant que partenaires mineurs, agrégats, sans autonomie, sans un projet qui inclut les pauvres ".

source :https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=251164&SEO=denuncian-que-poder-judicial-brasileno-intenta-destruir-a-lula

Tag(s) : #brésil, #Lula

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :