Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Izquierda Unida montre son "rejet total" de la visite que Felipe de Borbón commence aujourd'hui au Royaume du Maroc
Mercredi 13 février 2019 PASALO :     
Par l'intermédiaire de sa Commission internationale, IU rappelle que " l'Espagne est toujours légalement la puissance administrante du Sahara occidental et a donc une responsabilité directe dans sa décolonisation ; elle doit assumer son rôle et œuvrer pour l'autodétermination du peuple sahraoui, conformément au droit international et aux résolutions des Nations unies ".

Izquierda Unida, à travers sa Commission Internationale, montre son "rejet total" de la visite que Felipe de Borbón commence aujourd'hui au Royaume du Maroc, dans le cadre des relations étroites qui unissent les monarchies espagnole et marocaine. Cette formation argumente le rejet quand on considère que ce voyage suppose " un effort de plus pour blanchir à la chaux cette monarchie tyrannique qui gouverne le pays voisin ". Le Maroc est un Etat autoritaire qui réprime brutalement toute forme de dissidence, en plus d'occuper le territoire sahraoui pendant près de 45 ans.

Sur cette dernière question, IU rappelle que " l'Espagne est toujours légalement la puissance administrante du Sahara Occidental et a donc une responsabilité directe dans sa décolonisation. Elle doit donc assumer son rôle et œuvrer pour l'autodétermination du peuple sahraoui, conformément au droit international et aux résolutions des Nations unies. 

"Dans un contexte de répression croissante, au lieu d'exiger la libération des prisonniers de Gdeim Izik et du reste des prisonniers politiques sahraouis, nous comprenons que cette visite approfondit la politique du gouvernement espagnol pour soutenir cette occupation criminelle".

En plus de ces prisonniers politiques sahraouis, Nasser Zefzafi et d'autres militants du mouvement populaire Hirak sont toujours en prison. Au total, les organisations internationales de défense des droits humains estiment qu'il y a environ 350 femmes et prisonniers politiques dans les prisons marocaines, dénonçant la torture systématique et le manque d'accès aux soins, même pour les personnes gravement malades.

Izquierda Unida dénonce que " Felipe de Borbón et le gouvernement de Pedro Sánchez se positionnent comme des partisans internationaux de la monarchie marocaine, soutenant ainsi l'occupation impresentable du Sahara et la répression dans leurs territoires ".

"Alors que l'Espagne et d'autres puissances européennes s'efforcent de conclure avec le Maroc des accords millionnaires qui profitent à quelques entreprises privées, la population souffre de précarité, de pauvreté et de l'absence totale de droits civils et politiques", affirme cette formation.

Pour toutes ces raisons, la Gauche unitaire exige que les autorités espagnoles " prennent des mesures décisives pour garantir une fois pour toutes l'autodétermination du peuple sahraoui, ainsi que la cessation des arrestations et de la répression contre les militants, mouvements sociaux et organisations de gauche, tant dans les territoires sahraouis occupés qu'au Maroc.

"Un chef d'État pour lequel personne n'a voté ne peut déterminer notre politique étrangère sur la base des intérêts économiques de quelques-uns. L'État espagnol ne peut pas continuer à se soustraire à ses responsabilités conformément au droit international ", conclut-il.
source: http://izquierda-unida.es/node/17560

Tag(s) : #IzquierdaUnida, #Maroc, #Espagne

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :