Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 La Havane, 8 janvier (PL) Le ministre cubain des Affaires étrangères Bruno Rodriguez a insisté aujourd'hui sur le fait que le gouvernement américain semble déterminé à intensifier son hostilité envers l'île.

Dans son récit sur Twitter, le diplomate a souligné que la voie de la confrontation que Washington semble suivre "non seulement marque un sérieux revers dans les relations bilatérales, mais pose également de nouveaux risques et dangers, dans lesquels des mesures de blocus supplémentaires sont prévues contre Cuba".

Rodriguez a réitéré sa dénonciation la veille, lorsqu'il est intervenu dans l'émission de télévision nationale Mesa Redonda pour présenter un résumé de la politique étrangère de la plus grande des Antilles en 2018 et des projections pour 2019.

Selon le ministre des Affaires étrangères, dans ce scénario hostile, marqué par le durcissement du blocus économique, commercial et financier en vigueur depuis près de six décennies, certains facteurs favorables sont préservés, issus du rapprochement annoncé en décembre 2014 par les présidents Raúl Castro et Barack Obama.

A cet égard, il a mentionné "l'existence et le fonctionnement blessé et blessé des deux ambassades", faisant allusion aux décisions de l'administration actuelle - dirigée par le président Donald Trump - de limiter le travail du siège diplomatique avec le retrait des responsables américains de La Havane et l'expulsion du personnel cubain de Washington.

La Maison-Blanche a justifié les allégations d'incidents sanitaires de diplomates américains dans cette capitale, sans toutefois présenter de preuves qu'il s'agissait d'attaques ou d'actes délibérés, comme l'ont souligné à plusieurs reprises les porte-parole et les médias américains.

Selon M. Rodríguez, " les échanges et la coopération officiels limités dans les domaines d'intérêt mutuel " sont également maintenus.

Hier, le ministre a rappelé la volonté de Cuba de vivre de manière civilisée avec les États-Unis, comme l'a exprimé mardi dernier le premier secrétaire du Comité central du Parti communiste, Raul Castro, lorsqu'il est intervenu dans l'événement central du 60e anniversaire du triomphe de la Révolution.

En décembre 2014, l'annonce du rapprochement a suscité des attentes dans les deux pays et dans le monde entier.

Bien que les États-Unis aient continué de mettre en œuvre le blocus et certains de ses éléments les plus répudiés sur la planète, tels que son caractère extraterritorial et sa persécution financière, en 2015 et 2016, La Havane et Washington ont pris des mesures importantes, notamment la réouverture d'ambassades et la signature de quelque vingt accords.

Les rencontres de Raúl Castro et Obama et les visites de hauts responsables se sont également distinguées, un scénario qui a subi une grave détérioration avec l'arrivée de Trump - en janvier 2017 - au Bureau ovale, de son objectif déclaré de renverser l'héritage de son prédécesseur par des mesures telles que le renforcement du blocus économique.

jha/wmr


source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=242871&SEO=ee.uu.-empenado-en-aumentar-agresividad-hacia-cuba-afirma-canciller

Tag(s) : #Cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :