Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Bogotá, 25 novembre (PL) Depuis le début de l'année, 796 Colombiens ont été assassinés et 104 000 ont subi différents types de violence, selon l'Institut national de médecine légale.

Alors que la Journée internationale de la non-violence à l'égard des femmes est célébrée aujourd'hui, les autorités locales ont mis en garde contre les manifestations croissantes d'abus et d'humiliations contre la population féminine dans le pays.

La pandémie de violence qui s'est abattue sur notre corps et notre esprit tout au long de notre vie doit cesser maintenant et c'est un engagement que nous devons tous assumer, non seulement l'État, mais la société en général ", a déclaré Marta Lucía Ramírez, Vice-présidente de la Colombie.

Selon le vice-mandataire, la violence contre les femmes en Colombie augmente de façon alarmante chaque année.

Ramirez s'est demandé si cela devait être considéré comme une question de vie privée. Pendant des décennies, a-t-il estimé, cela a été une affirmation qui protège les agresseurs et se reflète dans les niveaux élevés d'impunité.

Les registres des organisations de défense des droits de l'homme affirment qu'il y a eu plus de six mille féminicides en Colombie entre 2013 et aujourd'hui.

Ces groupes avertissent que le manque de connaissance de l'existence de la loi de la part des fonctionnaires de la justice a fait que de nombreuses femmes ont été de nouveau victimes, par exemple en leur indiquant qu'elles devaient se réconcilier avec l'agresseur ou abandonner la dénonciation.

Dans le cadre de la célébration de la Journée de la non-violence à l'égard des femmes, Victoria Sandino, législatrice du parti FARC (Force alternative révolutionnaire du Common), a mené une audition publique vendredi dernier dans la ville de Barranquilla, capitale du département de l'Atlántico.

L'État a la responsabilité de garantir aux filles et aux femmes une vie sans violence ", a déclaré la congressiste des FARC, qui a également été porte-drapeau en la matière au Sénat de la République.

Le chef du Conseil politique national des FARC a également souligné que le féminicide est motivé par la haine, le mépris, le sentiment de propriété ou de plaisir, et a donc insisté sur la lutte contre les préjugés sociaux et culturels qui favorisent l'impunité.

mem/tpa

source : https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=231534&SEO=casi-800-mujeres-asesinadas-en-colombia-en-2018

Tag(s) : #colombie, #NousToutes, #FARC

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :