Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Venezuela ratifie : Rien ni personne ne nous arrêtera
Depuis le début de cette année, le gouvernement bolivarien du Venezuela a mis en œuvre un vaste plan de relance économique intégral, établissant une stratégie de travail cohérente, dirigée par un groupe de coordination composé de la plus haute direction du pays, ainsi que de spécialistes et de chercheurs

Auteur: Bertha Mojena Milián | internet@granma.cu

21 novembre 2018 17:11:39


Le président de la République bolivarienne du Venezuela, Nicolas Maduro, a lancé le Plan d’épargne en or. Photo: EFE
DEPUIS le début de cette année, le gouvernement bolivarien du Venezuela a mis en œuvre un vaste plan de relance économique intégral, établissant une stratégie de travail cohérente, dirigée par un groupe de coordination composé de la plus haute direction du pays, ainsi que de spécialistes et de chercheurs, qualifié par le président Nicolas Maduro comme son Équipe économique.

L'augmentation de la production nationale, la réorganisation des ressources naturelles et leur distribution – y compris certains produits de base –, la réalisation de recensements énergétiques, l'appui à l'expansion des petites et grandes entreprises, ainsi que l'ouverture et l'investissement étranger en alliance avec d'importants fournisseurs et investisseurs de pays amis, ont permis à ce pays confronté à la guerre économique la plus féroce de se redresser et de s’engager sur la voie de la stabilisation.

Le lancement du Petro, sa reconnaissance et son utilisation au niveau international, le contrôle et la gestion des finances du pays, en même temps que la durabilité des investissements sociaux et la défense des acquis de la Révolution bolivarienne, demeurent une arme puissante qui a permis au gouvernement d'affirmer que 2019 sera l'année de la prospérité économique.

Cependant, il y a quelques jours à peine, le gouvernement des États-Unis a de nouveau attaqué la nation vénézuélienne, en annonçant un nouveau train de mesures, cette fois contre des entreprises, et même les citoyens des deux pays désireux d’investir et de faire des affaires dans la puissante nouvelle industrie de l’or vénézuélienne. Ce qui n'a rien d'étonnant, si l’on sait que le gouvernement étasunien ne ménage pas ses efforts pour détruire le processus bolivarien, y compris en recourant à une guerre économique impitoyable. Ceci dit, on pourrait se poser deux questions: Pourquoi s’attaquer à l'industrie de l'or ? De quoi les États-Unis ont-ils vraiment peur ?

LE PLAN D’ÉPARGNE EN OR ET SON DÉVELOPPEMENT

Tout indique que le Venezuela sera ratifié comme deuxième réserve mondiale d'or, avec 32 gisements certifiés, grâce auxquels le gouvernement de ce pays a lancé le Plan d’épargne en or, qui permettra le développement de l'Arc minier de l'Orénoque d'ici 2019, et ainsi de générer une richesse de l'ordre de 5 milliards de dollars.

Dans le cadre de ce programme, l'usine de traitement de l'or connue sous le nom de « Sarrapia » a été inaugurée il y a quelques jours dans l'État de Bolivar. Elle pourrait, selon les spécialistes, générer une capacité de traitement de jusqu’à 90 kg d'or par mois l'année prochaine, un effort qui s’inscrit dans un programme de construction de 54 usines visant à garantir une utilisation optimale de la carte de production aurifère du Venezuela.

Lors d'une récente réunion avec son équipe économique, le président Maduro a assuré que de manière progressive, l'économie se diversifie et que « le programme éco-durable, éco-socialiste se consolide pour faire progresser les travaux dans l'Arc minier de l'Orénoque afin que tous ces champs aurifères à capital national et international soient mis au service du progrès », soulignant que le monde entier peut investir dans l’or du Venezuela et que la construction d'une troisième ligne de production est prévue, qui sera à l’origine de 370 emplois directs et 580 emplois indirects.

À cet égard, Nicolas Maduro a présidé le 31 octobre – quelques heures seulement avant l'annonce des nouvelles sanctions de la Maison-Blanche – une réunion avec des économistes spécialisés en économie financière, le vice-ministre des Finances et plusieurs conseillers économiques de la Russie, et il a invité des spécialistes du Centre de recherche pour le développement du Conseil d'État de la République populaire de Chine pour un échange d’idées en vue de renforcer les stratégies pour perfectionner le nouveau modèle productif et consolider l'indépendance économique.

Peu de temps après, il a assuré que les sanctions étasuniennes faisaient partie de la politique délirante de Washington contre son peuple et qu'elles affectent surtout le secteur privé. « Si quelqu'un est lésé par les sanctions, ce sont les hommes d'affaires », a signalé Maduro, car « elles les poursuivent, elles ferment leurs comptes et empêchent leurs transactions et activités financières ».

Il a affirmé par ailleurs que le peuple et l'État vénézuéliens se défendent et continueront à le faire comme ils l'ont fait jusqu'à présent. Et d’ajouter que malgré les traques et les menaces contre les hommes d'affaires, malgré toutes les pressions, les ennemis ne parviendront pas à nous faire renoncer à surmonter les difficultés.

L'OR ET LA NOUVELLE TENDANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE

En ce qui concerne les discussions sur l'utilisation et la commercialisation de l'or, ainsi que la tendance actuelle à l’employer dans les transactions ou dans les systèmes d'épargne dans le monde entier, de nombreux débats sont en cours ces jours-ci. Selon les spécialistes, une nouvelle phase d'instabilité économique mondiale semble se profiler, dans laquelle l'économie étasunienne et le dollar pourraient figurer parmi les plus durement touchés.

Mais par-delà les certitudes ou les spéculations à cet égard, la vérité est que depuis quelques semaines, les banques mondiales augmentent leurs réserves d'or à des taux sans précédent, certains le préférant même au dollar. Et même si ce n'est pas nouveau, les données du Conseil mondial de l’or révèlent qu'au cours des trois derniers mois, les banques centrales ont acquis plus de 148 tonnes (5 820 millions de dollars), 22% de plus qu'à la même période l'année dernière.

La Russie a été le plus gros acheteur, avec 92 tonnes, soit plus de 2 036 tonnes au total, pour une valeur marchande de 78 milliards de dollars. Parmi les acheteurs d'or les plus actifs de ces derniers mois figurent également la Turquie et la Chine, des pays dont les relations avec les États-Unis se sont dégradées et, dans le même temps, ont été renforcées avec le Venezuela.

Selon Russia Today, à la mi-octobre, l'économiste Ulf Lindahl, directeur de A.G. Bisset Associates, une société spécialisée dans les études de marché des changes, a déclaré que le dollar était sur le point de s'effondrer et pourrait se déprécier de 40 % par rapport à l'euro au cours des cinq prochaines années. Si l'on ajoute à cela le fait que les investissements dans les actifs nord-américains s'accompagnent de risques croissants découlant de la réaction à la guerre commerciale déclenchée par Washington contre des pays comme la Russie et la Chine, nombre des affirmations de ces analystes pourraient définir, de plus en plus, la réalité future, et ceci confirmerait pourquoi Caracas reste une cible privilégiée des mesures fiscales et manipulatrices de la Maison-Blanche.

EN CONTEXTE

QU'EST-CE QU'UNE CRYPTOMONNAIE ?

Ce sont des monnaies virtuelles qui peuvent être échangées ou opérées comme toute autre monnaie courante, mais elles sont hors du conrôle des institutions financières. Il en existe un grand nombre et elles utilisent des procédés cryptographiques pour protéger leur sécurité en empêchant toute falsification. Elles possèdent chacune une clé privée permettant de reconnaître et d’authentifier un utilisateur lors des transactions qu’il effectue.

LE PETRO, LA CRYPTOMONNAIE VÉNÉZUÉLIENNE

Elle se positionne comme la première cryptomonnaie souveraine basée sur les richesses naturelles du pays.

Sa commercialisation a démarré le 25 mars de cette année.

Elle est entrée en fonctionnement comme monnaie d'échange commerciale pour les activités internationales de la République bolivarienne du Venezuela le 1er octobre dernier.

QUELLE EST SA VALEUR ?

Son coût est fonction de la valeur de la vente sur les marchés internationaux de ressources qui font partie des matières premières ou des produits primaires. Dans le cas du Venezuela, des produits du secteur énergétique.

Le pétrole est sa principale matière première et sa principale exportation. Les autres 50 % sont des ressources minérales : or : 20 %, fer : 20 %, diamant : 10 %.

Avec ces combinaisons, la valeur de la cryptomonnaie ne devrait pas subir de grandes fluctuations et, par conséquent, la stabilité économique du pays devrait être assurée.

Jusqu'au 31 octobre, un Petro équivalait à 3 600 Bs.S (bolivars souverains), ou : 418,09 yuans (monnaie de la République populaire de Chine) ; 3.975,70 roubles (monnaie de la Russie) ; 52,78 euros ou 60 dollars.

Le président Nicolas Maduro a appelé les Vénézuéliens à adhérer au Plan d'épargne Petro, un mécanisme visant à améliorer la capacité économique des familles et à renforcer les comptes publics du pays.

Sources : Presse présidentielle du Venezuela
source: http://fr.granma.cu/mundo/2018-11-21/le-venezuela-ratifie-rien-ni-personne-ne-nous-arretera

Tag(s) : #Venezuela

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :