Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des juristes mettent en garde contre les dangers de l'extrême droite au Brésil
Brasilia, 27 sept (PL) Une alerte sur les dangers pour la société d'aujourd'hui que représente la naturalisation des valeurs de l'extrême droite, défendue par le candidat présidentiel Jair Bolsonaro, a lancé l'Association brésilienne des juristes pour la démocratie (ABJD).

Parmi les projets de candidature aux élections législatives d'octobre prochain, l'un est explicitement antidémocratique et hostile aux droits de l'homme, celui de la coalition Brésil avant tout, Dieu avant tout, dirigé par Bolsonaro, a déclaré l'organisation dans un manifeste publié le jour précédent.

Le texte, soutenu par des spécialistes des meilleurs centres de recherche juridique du pays, des universités renommées et des associations de défense des droits de l'homme, souligne que, même après l'attaque subie lors d'une campagne, Bolsonaro continue à inciter à la violence inspirée par les valeurs fascistes.

En plus de défendre ouvertement des positions et des projets de loi ouvertement racistes, misogynes, homophobes et sexistes - totalement inconstitutionnels - le candidat adopte un comportement criminel lorsqu'il s'exprime en faveur des meurtres et des exécutions qui ont eu lieu sous la dictature civilo-militaire et fait l'éloge des tortionnaires et violeurs, souligne-t-il.

Le manifeste des juristes contre le fascisme déplore également le fait que l'ancien capitaine de l'armée incite à la violence physique contre des adversaires politiques et idéologiques ; un stimulus, note-t-il, qui a déjà produit des victimes de crimes de haine contre les homosexuels, les femmes, les Noirs, les migrants et les militants identifiés avec la gauche.

La société brésilienne, avertira-t-il plus tard, est confrontée au danger de la naturalisation des valeurs d'extrême droite et proto-fascistes assumées par la coalition qui conteste les élections au nom de l'"ordre", comme une voie voilée pour la violence, la censure et l'établissement d'un gouvernement autoritaire et anti-populaire.

Dans un article publié hier, Maria Herminia Tavares de Almeida, professeur de sciences politiques à la retraite à l'Université de Sao Paulo, a également averti que la démocratie est en danger au Brésil et que la menace vient de l'extrême droite.

Le professeur a rejeté l'idée qui tente d'implanter dans l'électorat, et que le candidat du Parti de la Démocratie Sociale Brésilienne (PSDB) Geraldo Alckmin soulève dans sa campagne, que le conflit pour le Palais de Planalto aura lieu entre forces politiques extrémistes, sans engagement aux institutions et valeurs démocratiques.

Selon lui, l'interprétation selon laquelle le deuxième tournant se situerait entre deux formes de populisme et que Fernando Haddad du Parti ouvrier (PT) et Bolsonaro serait tout aussi néfaste pour la stabilité et la permanence de la démocratie " n'est pas soutenue à la lumière de l'expérience des trente dernières années ".

Il est impossible d'ignorer l'immense et fructueux effort d'inclusion promu par les gouvernements signataires de la pétition, qui a transformé le paysage social brésilien et apporté des résultats qui sont restés, malgré la profonde crise économique, a-t-il dit.

Il a également rappelé que depuis sa fondation, le PT a tout misé sur la lutte pour le pouvoir par la voie électorale ; il a été vaincu en 1989, 1994 et 1998 et a accepté les résultats sans y répondre, et en montant au Palais Planalto, il a consolidé une direction de centre-gauche modérée et gouverné avec rigueur dans le cadre des règles démocratiques.

tgj/mpm/cvl

source: https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=214335&SEO=juristas-advierten-sobre-peligros-de-la-extrema-derecha-en-brasil

Tag(s) : #brésil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :