Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La figure du président dans le projet de la nouvelle Constitution de Cuba.
 La Havane, 20 août (PL) La création du Président de la République est l'une des propositions du projet de nouvelle Constitution de Cuba, un texte qui est entré aujourd'hui dans sa huitième journée de consultation populaire dans les 15 provinces du pays.

Le document approuvé le 22 juillet par l'Assemblée nationale du pouvoir populaire, sur lequel les Cubains exprimeront leurs opinions et établiront des critères jusqu'au 15 novembre, établit au chapitre III que le président est le chef de l'État, poste qu'il peut occuper jusqu'à deux mandats de cinq ans. Il définit également que l'occupant du poste doit être membre de l'Assemblée nationale, qui l'élit à la majorité absolue et à laquelle il est responsable. 
De même, il stipule que pour devenir président de l'île, il faut être âgé de 35 ans et avoir jusqu'à 60 ans pour commencer le premier mandat.

Selon les critères exprimés par la population lors de la première semaine de la consultation populaire, il ne semble pas y avoir de consensus sur l'âge du président, de nombreuses personnes s'opposant à la limitation à 60 ans pour être élu.

La Constitution cubaine actuelle, en vigueur depuis 1976, établit que le Président du Conseil d'État est le chef de l'État et du Gouvernement, c'est pourquoi le projet de la nouvelle Constitution représente un changement important dans la structure de l'État.

Selon le texte proposé, qui devra être approuvé lors d'un référendum populaire après l'analyse à l'Assemblée nationale des critères inclus dans la consultation, en plus du Président, les chiffres du Vice-président de la République et du Premier ministre, qui sera le chef du gouvernement, seront créés.

Cuba aurait donc un exécutif bicéphale, a dit Martha Prieto, vice-présidente de la Société cubaine de droit constitutionnel, dans cette capitale.

Pour l'expert, le président serait responsable de la représentation, de la coordination et du protocole de l'État, avec la nouveauté supplémentaire soulevée par le projet en discussion, à savoir qu'il ne s'adresserait pas au Conseil d'État, comme c'est actuellement le cas.

A cet égard, le Secrétaire du Conseil d'Etat, Homero Acosta, a déclaré que le projet de nouvelle Constitution n'implique pas l'émergence dans la plus grande des Antilles d'un "président de cérémonie", un scénario présent dans plusieurs pays, parmi ces Européens, où le premier ministre a plus de pouvoir pour gouverner.

La Magna Carta proposée sur l'île établit parmi les fonctions du président : représenter l'État et diriger sa politique générale ; diriger la politique étrangère, la défense et la sécurité nationale ; approuver les lois et les décrets de l'Assemblée nationale ; et exercer la direction suprême des institutions armées.

Il présiderait également le Conseil de la défense nationale et proposerait à l'Assemblée nationale ou au Conseil d'État, selon le cas, de déclarer un état de guerre ou de guerre en cas d'agression militaire et de décréter une mobilisation générale lorsque la défense du pays l'exige.

D'autres responsabilités consisteraient à promouvoir les plus hauts fonctionnaires, à décider de l'octroi de la citoyenneté cubaine et à proposer à l'Assemblée ou au Conseil d'État l'élection, la nomination, la suspension, la révocation ou le remplacement du Premier ministre, du Président de la Cour suprême et du Procureur général, entre autres autorités.

mgt/wmr*

source: https://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=203985&SEO=la-figura-del-presidente-en-el-proyecto-de-nueva-constitucion-de-cuba

Tag(s) : #cuba

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :