Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Londres, 29 juillet (PL) Le Parlement britannique a dévoilé aujourd'hui une fausse campagne d'information contre le gouvernement de la présidente Cristina Fernandez, visant à influencer les élections d'octobre 2015 au cours desquelles Mauricio Macri,de droite, a été élu.

Un rapport de la Commission du numérique, de la culture et des médias de la Chambre des communes fait état de preuves alarmantes de l'ingérence du consortium Strategic Communications Laboratories (SCL Group) dans les élections argentines, selon le service de nouvelles de Sputnik.

Le législateur conservateur Damian Collins, président de la commission, a récemment averti que le Royaume-Uni est confronté à une crise de la démocratie en raison de la manipulation systématique des données dans le cyberespace pour changer le comportement des citoyens par le biais de campagnes de désinformation.

Selon le rapport, il y a trois ans, le conseil d'administration de SCL, la société mère de la société de conseil controversée Cambridge Analytica, a approuvé une opération médiatique contre la présidente argentine.

Le document indique que le 27 mai 2015, une réunion a eu lieu pour discuter de la guerre de l'information contre le gouvernement argentin par des tactiques d'espionnage à l'aide d'agents de renseignement à la retraite.

L'utilisation de faux comptes Facebook et Twitter pour la désinformation faisait également partie de la campagne contre Cristina Fernández conçue par SCL, qui a récemment fermé une partie de ses opérations dans le monde entier à la suite du scandale de Cambridge Analytica.

Cette société a illégalement obtenu des informations par le biais de Facebook sur plus de 50 millions d'utilisateurs du réseau social Facebook avec lequel elle a généré des actions d'influence politique pour promouvoir la campagne présidentielle de Donald Trump, lors des élections de novembre 2016 aux États-Unis.

Ils ont également utilisé ces données pour appuyer la victoire, lors du référendum de juin 2016 au Royaume-Uni, de ceux qui ont soutenu la sortie du pays de l'Union européenne.

En février de cette année, l'Office of the UK Information Commissioner (ICO) a commencé à faire des recherches sur Facebook et Cambridge Analytica.

Le 11 juillet dernier, Elizabeth Denham, directrice de l'OIC, a annoncé l'imposition d'une amende de 500 000 euros à Facebook pour avoir violé la loi britannique sur la protection des données et n'avoir pas protégé de manière adéquate la vie privée de ses utilisateurs.

rgh/ort
source: http://www.prensa-latina.cu/index.php?o=rn&id=198948&SEO=revelan-en-reino-unido-injerencia-en-elecciones-de-2015-en-argentina

Tag(s) : #argentine, #élections

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :