Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

6/8/18 3:45 PM

Nouvelles limitations au droit de grève

Le 5 juin, les trois principales fédérations syndicales ont annoncé qu'elles étaient parvenues, en coopération avec les organisations capitalistes, à un accord sur la manière de limiter davantage le droit de grève.

Le droit de grève des travailleurs est déjà limité par l'obligation de notifier une grève sept jours ouvrables à l'avance et par l'obligation de maintenir la paix pendant les périodes où les conventions collectives sont en vigueur. Cette fois, les grèves et les conflits qui n'ont pas de convention collective comme objectif sont interdits. Même si les actions de solidarité, les grèves politiques et autres mesures sont exemptées de la proposition, le risque est grand que les grèves ou autres actions pour les travailleurs qui ont été licenciés ou pour lesquels l'entreprise a enfreint la loi soient interdites.

Dès que les négociations entre les capitalistes et les syndicats réformistes ont été achevées, la ministre du travail social-démocrate Ylva Johansson a proclamé son soutien à la proposition. L'attaque du Parti social-démocrate contre les travailleurs suédois doit faire impressionner même les parties les plus réactionnaires de la bourgeoisie suédoise. Mais les conséquences sont encore plus graves.

En conséquence de cet accord entre les réformistes et les capitalistes, la porte est ouverte à un mépris total des syndicats suédois, exactement ce que l'enquête sur le droit de grève lancée par le Parti social-démocrate ce printemps visait. La pratique antérieure sur le marché du travail suédois indiquait que les actions des travailleurs et des syndicats visant à remplacer ou à modifier les conventions collectives existantes étaient interdites, et que c'était le premier accord sur un lieu de travail qui réglementait les conditions de travail des travailleurs. Par le biais de la nouvelle proposition, cette pratique est censée être inscrite dans la loi.

Si ces mesures sont appliquées, les capitalistes ont la possibilité de signer des conventions collectives avec leurs propres syndicats jaunes. Les accords signés avec les syndicats jaunes réglementeraient les conditions des travailleurs et seraient illégaux pour les syndicats de travailleurs de contester dans les limites de la loi bourgeoise. Cela laisse aux syndicats de travailleurs deux options : sous-enchérir les syndicats jaunes afin de remporter le contrat ou les contester en opposition à la loi existante.

Les changements convenus par les syndicats et les capitalistes, et le fait que les sociaux-démocrates veulent maintenant donner force de loi le plus rapidement possible, visent à préparer le terrain pour une offensive générale contre les travailleurs en Suède.

Le Parti communiste de Suède dénonce toute attaque contre le droit des travailleurs à l'action syndicale et nous rejetons catégoriquement le droit de la loi bourgeoise de limiter la lutte de la classe ouvrière.

Finalement, les capitalistes et leurs politiciens, ainsi que leurs dirigeants ouvriers jaunes, ne seront pas en mesure de freiner la lutte des travailleurs. Consciente de leur classe et de leur but, la classe ouvrière ignorera la loi bourgeoise et montrera que la loi n'est rien d'autre que le droit des travailleurs.

Quand les contradictions entre les centres impérialistes augmentent, quand la concurrence augmente, la nécessité de repousser la classe ouvrière de son propre pays et d'augmenter sur leur dos l'efficacité de la concurrence avec les impérialistes dans le monde entier s'intensifie. De la même manière que les sociaux-démocrates suédois attaquent les travailleurs suédois, les politiciens capitalistes attaquent les travailleurs d'autres pays. Eux aussi doivent être en mesure d'être compétitifs.

Les attaques ne sont pas aléatoires. Ce sont les mécanismes du système capitaliste qui l'obligent à attaquer. Sans traiter avec le système capitaliste, avec son État, ses politiciens et ses patrons syndicaux, aucun droit de grève ne peut jamais être garanti.

Le Parti communiste de Suède n'a pas d'intérêts distincts de ceux des travailleurs. Ce n'est que dans la lutte contre le capitalisme et pour le socialisme que le progrès réel et la sécurité réelle ou les travailleurs en Suède et dans le monde peuvent être gagnés.

Nous appelons les travailleurs suédois à :

    Agissez contre l'attaque capitaliste !
    Combattez les patrons syndicaux jaunes ; reprenez le contrôle de vos syndicats !
    Combattre toutes les limitations du droit de grève - celles qui sont proposées et celles qui existent déjà !
    Faire de la lutte défensive contre l'attaque capitaliste à une lutte offensive pour le socialisme !

source: https://www.solidnet.org/article/CP-of-Sweden-Statement-of-the-Communist-Party-of-Sweden-on-the-proposed-limitaton-on-the-right-to-strike-in-Sweden/

Tag(s) : #Suède

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :