Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Des tests menés à proximité de puits dont le gaz a été extrait par fracturation hydraulique ont mis en évidence une pollution des sources d'eau douce externes et souterraines. Et pourtant Donald Trump s’obstine…

Auteur: Elson Concepción Pérez | internet@granma.cu

22 février 2018 18:02:07


Photo: Archives
C’EST très clair. Le président des États-Unis, Donald Trump, a montré une tendance naturelle à agir à l’emporte-pièce – toujours soucieux d’exploiter son côté théâtral – et il est même allé jusqu’à qualifier l'énergie issue du charbon de « la plus propre », sans égard à ses effets nocifs sur l'environnement.

« Nous avons mis fin à la guerre contre l'énergie américaine et nous avons terminé la guerre contre le magnifique charbon propre. Nous sommes à présent fiers d'exporter de l'énergie vers le monde », a déclaré le président dans son rapport sur l'état de l'Union du 30 janvier 2018.

Quelques temps plus tôt, lorsqu’il faisait ses premiers pas comme magnat-président, il avait réaffirmé son scepticisme sur le changement climatique, le qualifiant de « mensonge », avant de tourner le dos à l'Accord de Paris conclu par la quasi-totalité des pays du monde – y compris les États-Unis –, l'un des pactes les plus applaudis par la communauté internationale.

Par la suite, il a trouvé incompatible avec sa façon de penser et d'agir que les principaux pays producteurs de pétrole – en particulier le Venezuela et la Russie – aient bénéficié de la hausse des cours du brut sur le marché international, et il a décidé d’apporter tout le soutien technique et financier à la production de pétrole et de gaz par le biais du « fracking » (fracturation hydraulique), une technique très gourmande en eau qui consiste à injecter à haute pression de grandes quantités d'eau mélangée à du sable et à des produits chimiques pour fracturer les formations rocheuses du sous-sol et en extraire le gaz de schiste.

Selon les prévisions de l'Agence internationale de l'énergie, la production des États-Unis atteindra un niveau record de 10 millions de barils de pétrole brut par jour. Et ce pays devrait même atteindre l'autosuffisance énergétique d'ici 2035, grâce à une extraction accélérée du schiste argileux.

Des tests et des études menés à proximité de puits dont le gaz a été extrait par fracturation hydraulique ont mis en évidence une pollution des sources d'eau douce externes et souterraines, ainsi que l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre.

Dans l’une de ses Réflexions datée du 5 janvier 2012, le leader historique de la Révolution cubaine, le commandant en chef Fidel Castro, mettait en garde contre le fait que « …l’exploitation d’une plateforme dotée de six puits peut consommer 170 000 mètres cubes d’eau, voire provoquer des effets nuisibles, par exemple influer sur les mouvements sismiques, polluer les eaux souterraines et superficielles, et endommager le paysage. »

Il suffit de dire que les nombreux produits chimiques injectés avec de l'eau pour extraire ce gaz comprennent du benzène et du toluène, qui sont des substances terriblement cancérigènes.

Pour toutes ces raisons, de nombreux groupes écologistes ont averti que la politique du gouvernement Donald Trump visant à favoriser la technique du « fracking » représente une menace sérieuse pour l'environnement.

Une autre mesure de l’actuelle administration est la levée des restrictions à l'exportation et l’autorisation de l'exploitation dans des zones protégées comme la Réserve nationale de faune sauvage de l'Alaska.

Des accusations en tout genre ont été entendues dans le monde entier. Robert Howarth, de l'Université Cornell dans l'État de New York, a déclaré que l'extraction du gaz de schiste génère 40 à 60 fois plus d'émissions de gaz à effet de serre que les gaz classiques, ce qui est pire que la combustion du pétrole ou du charbon, car le méthane a 105 fois plus de potentiel de réchauffer l'atmosphère que le dioxyde de carbone.

Il ne fait aucun doute, l'obsession de Trump et de son équipe est de saturer le marché avec leur propre pétrole, peu importe sa provenance, même si même leurs compatriotes sont exposés à la plus terrible pollution environnementale et à la présence de maladies qui frappent les enfants et les adultes.

La géostratégie est au-dessus de l'humain. Un autre point pour Trump dans ses occupations présidentielles, pour lesquelles il n’est manifestement pas du tout préparé.

source: http://fr.granma.cu/cuba/2018-02-22/schiste-geostrategique

Tag(s) : #amérique du nord

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :