Les colombes depuis sa hauteur

Publié le par anonyme

Photo: Archivo

La colombe est le symbole de la pureté, de la simplicité, de la paix. Elle a un grand sens de l’orientation, c’est l’un des oiseaux au vol le plus rapide et elle possède un sens de la vue très développé.

Lorsque Fidel s’adressait à la foule réunie sur l’esplanade de l’ancienne caserne militaire Columbia, aujourd’hui Cité scolaire Ciudad Libertad, dans le quartier de Marianao, le 8 janvier 1959, après son entrée triomphale à La Havane, on libéra colombes et l’une vint se poser sur son épaule. Il était porteur de l’espérance, et elles l’identifièrent très vite.

Photo: Archivo

Trente ans plus tard, en ce même endroit, remémorant cette date, des écolières montèrent sur l’estrade, d’où il s’adressait à jeunesse, pour lui remettre dans les mains une colombe. Sans réfléchir, le commandant en chef lâcha l’oiseau dans le ciel. Après avoir survolé plusieurs fois la tribune, la colombe vint se poser sur son épaule droite du commandant qui, imperturbable, poursuivit son discours.

Les années passèrent et le moment vint où les reconnaissants accompagnèrent Fidel à sa dernière demeure, à Santiago de Cuba. Et les colombes revinrent, telle l’escorte éternelle d’un pèlerinage pour la paix. Un survol lui aussi éternel, car elles savent que lui et son peuple ne cesseront jamais de lutter pour ce monde meilleur qu’il jugea possible et nécessaire.

Photo: Juvenal Balán

Publié dans cuba

Commenter cet article