PCR : « Le peuple doit monter au créneau »

Publié le par anonyme

Le Parti communiste réunionnais et la politique générale du gouvernement

Manuel Marchal / 6 juillet 2017

 

Après le discours du président de la République et le discours de politique générale du Premier ministre, le Parti communiste réunionnais alerte sur l’austérité aggravée qui se met en place, avec de lourdes conséquences pour La Réunion.

 

JPEG - 54.9 ko
Yvan Dejean, Ary Yée Chong Tchi Kan et Maurice Gironcel.

Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR, Yvan Dejean, porte-parole et Ary Yée Chong Tchi Kan, secrétaire, ont présenté hier la position du Parti communiste réunionnais au lendemain du discours de politique générale du Premier ministre devant l’Assemblée nationale.

Manifestement, les problèmes spécifiques à La Réunion ont été ignorés. « Qu’est-ce que le Réunionnais peut attendre de ce discours ? Les chômeurs, les planteurs ? S’il y avait en France des manifestations comme celle des planteurs à La Réunion, le Premier ministre serait-il resté silencieux ? », constate le secrétaire général du PCR, « Rien sur la filière canne, rien sur la gouvernance, rien sur l’insertion de La Réunion dans sa région, rien sur la suppression de l’alinea 5 de l’article 73 et rien sur les moyens financiers ».

« Le gouvernement annonce une politique de rigueur », note Maurice Gironcel, « ll prévoit 60 milliards de baisse des dépenses publiques, tous les ministères seront concernés ». Pour le PCR, l’objectif du gouvernement est de satisfaire les tenants de l’orthodoxie budgétaire pour atteindre 3 % de déficit public en 2017. Les effets d’une telle politique en Grèce montrent clairement qui paiera. Ce seront d’abord les pauvres et les classes moyennes.

Casse sociale

« La casse sociale est sur le devant de la scène avec le régime des ordonnances », poursuit le secrétaire général du PCR, qui déplore une démocratie bafouée, et une baisse de la représentativité des syndicats. C’est la porte ouverte à une accentuation de la précarisation du travail, avec le contrat à zéro heure, le travail du dimanche notamment.

L’augmentation de la CSG va toucher tout le monde, en particulier les familles aux revenus modestes. Le PCR prévoit une perte de 300 euros par an pour une personne payée au SMIC.

Les fonctionnaires sont également ciblés avec une diminution des effectifs, et le gel du point d’indice. Ce sera donc moins de service public. « Aucune niche fiscale ne sera à l’abri, les entrepreneurs de La Réunion ont de quoi être inquiet. Et quid de l’abattement de 30 % pour l’impôt sur le revenu outre-mer », interroge Maurice Gironcel.

Sur le plan des libertés, des mesures d’exception de l’état d’urgence seront mises dans une loi ordinaire. « C’est extrêmement dangereux et peut conduire à des dérives. »

« Le discours de politique générale montre que le gouvernement n’a pas pris conscience de l’ampleur de la crise. Les Assises des outre-mer sont présentées comme pour mettre en œuvre la loi d’égalité réelle, or cette loi ne règlera rien. L’écart du PIB/habitant entre La Réunion et la moyenne nationale est de 10.000 euros », rappelle le dirigeant du PCR, « cette loi ne règle rien, comme le rappelle ce qui s’est passé en Guyane. Les Guyanais demandent une nouvelle gouvernance et des fonds pour les investissements. »

L’égalité réelle ne règle rien

« Plus que jamais, le peuple doit monter au créneau », déclare Maurice Gironcel, « il faut pour La Réunion une large concertation pour faire autre chose que la loi égalité réelle ».

Le PCR demande que les Assises se déroulent à La Réunion pour que la concertation économique, sociale et politique puisse servir. Il demande aux Réunionnais d’agir, de se rassembler autour d’un projet réunionnais fait par les Réunionnais, pour les Réunionnais.

« Le moment est venu de passer aux choses concrètes et d’en finir avec une politique d’enfumage », note le PCR pour qui tous les problèmes restent entier. « Les plus pauvres et les couches moyennes vont trinquer rapidement. Les mesures « d’allègement » sont remises à plus tard. Ce qui est annoncé va aggraver la crise à cause de notre intégration à l’Europe », précise Maurice Gironcel.

Et Ary Yée Chong Tchi Kan de conclure : « en quoi ces interventions ont donné confiance aux 60 % de la population qui n’ont pas été voter ? »

M.M.

 

 

source: http://www.temoignages.re/politique/actualites/pcr-le-peuple-doit-monter-au-creneau,90066

Publié dans afrique

Commenter cet article