Coup sur Coup

Publié le par anonyme

Par Guillermo Alvarado

Le président des États-Unis, Donald Trump, a reçu un rude coup – l'un des plus depuis qu'il a accédé au pouvoir en janvier dernier- lorsque deux autres sénateurs du Parti Républicain ont annoncé qu'ils se joignaient à ceux qui s'opposent au sein du congrès au projet de réforme du système de santé impulsé par la Maison-Blanche pour démanteler les transformations faites par le président Barack Obama.

De cette façon, sur les 52 membres du Sénat, 4 s'opposent à la loi. Ceux-ci, joints à 48 membres du Parti Démocrate empêchent l'approbation de la réforme en question ce qui constitue le plus grand revers essuyé jusqu'à présent pour le président Trump qui a fait du démantèlement du dit « Obamacare », l'un des points cardinaux de sa campagne électorale.

Frustré, le chef de la Maison-Blanche a posté un message sur compte twitter, l'une de ces méthodes favorites, demandant au Sénat d'annuler, purement et simplement, les réformes introduites par Obama et de repartir à zéro.

Il reste à savoir si les Républicains sont disposés à démanteler ce système qui laissera immédiatement sans assurance maladie 20 millions d'Étasuniens.

L'Obamacare n'est pas la solution pour les graves problèmes du système de santé aux États-Unis mais il a permis à des millions de personnes de commencer à en bénéficier car il oblige les compagnies d'assurance, toutes privées, à leur accorder un contrat.

Le programme républicain prétend, entre autres, éliminer le caractère obligatoire de l'octroi à tous les Étasuniens d'une protection sociale. Un amendement du sénateur Ted Cruz cherchait même à réduire le montant de l'assurance en éliminant la couverture des frais découlant de l'accouchement, le traitement des maladies mentales et des troubles liés à la consommation de drogues et à d'autres addictions.

D'autre part, les autorités fédérales ne s'occuperaient plus de ceux qui manquent complètement de ressources et qui bénéficient du programme Medicaid, pour les laisser totalement entre les mains des gouvernements des différents états de l'union quoique avec des coupes sombres des budgets de ceux-ci.

Si la réforme proposée par Trump avait été approuvée, on estime qu'au moins 15 millions d'Étasunies auraient été exclus du système de santé d'ici 2026. 

Appelons un chat un chat : le droit à la santé, au bien-être et à la vie de 15 millions d'êtres humains aurait été violé de façon flagrante, une véritable honte pour la première puissance de la planète qui se permet de donner des leçons à ce propos à d'autres pays, surtout à ceux qui ne sont pas de son gré.

De toutes les façons, plusieurs mesures qui ont déjà été prises par le président Trump, créent de sérieux problèmes aux travailleurs indépendants ou à de petites entreprises qui ont vu monter en flèche les prix des compagnies d'assurances.

Si les choses vont mal pour les Étasuniens, imaginons le calvaire de ceux qui sont les plus malheureux parmi les malheureux : les immigrants sans papiers pour lesquels les services et fondamentalement l'accès à la santé et à l'éducation sont des fantômes qui flottent dans le ciel, qu'ils ne peuvent pas atteindre, du paradis capitaliste.

 

 

 

Edité par Reynaldo Henquen
source: http://www.radiohc.cu/fr/especiales/comentarios/136062-coup-sur-coup

Commenter cet article