Le PCR satisfait du résultat des élections législatives

Publié le par anonyme

Le Parti communiste réunionnais tire le bilan de la fin d’une longue séquence électorale

Manuel Marchal / 21 juin 2017

 

Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR et Yvan Dejean, porte-parole ont tenu hier une conférence de presse pour présenter le bilan tiré par le Parti communiste réunionnais des élections législatives. Présentant trois candidats qui n’ont jamais eu de mandat électif, le PCR est devenu la 3e force politique dans deux circonscriptions. Sa décision de ne pas présenter de candidat dans deux circonscriptions a contribué à l’élection de deux députés des forces de progrès, sur la base d’idées venant du PCR. Autant de raisons qui permettent au PCR d’afficher sa satisfaction à la lecture des résultats tout en notant que le fait marquant reste l’abstention.

 

JPEG - 54.4 ko
Maurice Gironcel, secrétaire général du PCR et Yvan Dejean, porte-parole.

Yvan Dejean a donné le point de vue du PCR sur la très longue séquence électorale qui vient de s’achever. Il fait tout d’abord un commentaire : « les gens ont commencé à être repu des élections, la campagne a commencé depuis plus d’un an ».

Vient ensuite l’analyse du scrutin. Le premier fait marquant est le faible taux de participation. L’abstention importante s’interprète de plusieurs façons, souligne Yvan Dejean. Les électeurs de La Réunion se sont démobilisés après l’élection présidentielle.

Raisons de l’abstention

« Le lendemain même de l’élection, on annonce que le président élu aura une majorité. Quel intérêt pour un électeur dont le candidat ne s’est pas qualifié pour le second tour de voter pour des personnes qui ne seront pas porteuses de nos espérances ? L’électeur se dit que sa voix ne compte pas et n’a donc aucun intérêt à se mobiliser pour les élections législatives ».

Pour avoir une mobilisation aussi forte que pour la présidentielle, ne serait-il pas important de passer à la proportionnelle, car les chiffres sont parlants estime le PCR.

24 % pour Emmanuel Macron, 8,6 millions au premier tour présidentielle. 6,4 millions de voix au premier tour des législatives pour son parti LREM, deux millions de voix perdues en un mois. Cela fait moins que les voix de Mélenchon au premier tour de la présidentielle, observe Maurice Gironcel.

Si le scrutin était à la proportionnelle pour les législatives, les chiffres seraient éloquents, poursuit Yvan Dejean : le FN aurait 80 députés. PCF et France Insoumise auraient eu 84 députés dont un du PCR parmi eux. LREM+Modem seraient la première force avec 197 élus devant LR avec 130. Une telle configuration aurait amené les différents groupe à former une coalition de projet pour gouverner alors que le système actuel donne la majorité à un seul parti.

La seconde raison de l’abstention est la question de la mondialisation des échanges économiques. « Nous sommes dans un système où ce qui s’applique sont les règles édictées par des institutions mondiales : OMC, Union européenne. Les députés passent beaucoup de temps à transposer des directives européennes ou transnationales dans les lois. La mondialisation a dépouillé les peuples de leurs compétences et de leurs pouvoirs. Cela concourt à l’augmentation de l’abstention », analyse Yvan Dejean, « l’abstention continuera à marquer tous les scrutins qui viennent si rien ne change ».

Problème de représentativité

D’où cette conclusion : « dans l’ensemble des circonscriptions, les députés élus sont légitimes à exercer, mais se pose la question de la représentativité ». « Le nombre des suffrages se situe entre 16 et 26 % des inscrits », précise le porte-parole du PCR.

Maurice Gironcel complète cette analyse par une comparaison des scores de plusieurs candidats lors de la présidentielle de 2012. 10,2 millions de voix pour François Hollande au premier tour de la présidentielle, un mois plus tard, PS et alliés en ont obtenu 9,5 millions. Pour sa part, Nicolas Sarkozy réunit 11,4 millions de suffrages, tandis que son parti obtint 10,2 millions au premier tour des législatives. La perte de voix entre les deux scrutins de 2012 est donc bien moins importante que cette année.

La chute de la participation en 2017 peut s’expliquer par l’image du rôle des députés. Cette fois, on demande aux députés de donner au président de la République le pouvoir de légiférer par ordonnances. On retire aux députés le pouvoir de débattre, d’amender. Au final, le député a moins de pouvoir qu’un maire qui peut répondre à la population. C’est ce qu’illustre la comparaison des taux de participations à Sainte-Suzanne. En 2014, 78 % de votants, 34 % pour les dernières législatives.

Deux élus des forces de progrès

Le bilan des élections pour le PCR est une satisfaction. Trois nouveaux candidats ont été présentés. Dans 2 circonscriptions, le PCR est la 3e force politique. Dans d’autres circonscriptions, le soutien à la France Insoumise a donné de bons résultats. Dans les 2e et 5e circonscriptions, la décision de ne pas présenter de candidats du PCR a profité aux forces de progrès avec deux élus. « À 333 voix près, Jean-Hugues Ratenon n’était pas qualifié pour le second tour », rappelle Maurice Gironcel. « Les deux candidats ont compris l’attitude positive du PCR », complète Yvan Dejean.

Maurice Gironcel constate que ces deux députés ont été élus sur les idées du PCR. Yvan Dejean note que « nous ne pouvons qu’être satisfait de voir nos idées gagner ».

Et le secrétaire général du PCR de conclure : « une idéologie et un projet, c’est l’essentiel pour le PCR. Si aujourd’hui nos idées sont défendues à l’Assemblée nationale par d’autres, tant mieux ».

M.M.

source: http://www.temoignages.re/politique/actualites/le-pcr-satisfait-du-resultat-des-elections-legislatives,89937

Publié dans afrique, élections

Commenter cet article