106e CIT – Session Plénière – 12 juin 2017: Discours du Secrétaire Général de la Fédération Syndicale Mondiale, M. George Mavrikos

Publié le par anonyme

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers collègues,

Au nom de la Fédération Syndicale Mondiale, nous tenons à saluer chaleureusement tous les représentants des organisations syndicales de travailleurs.

Nous vivons dans une période où la vie, la qualité de vie, le travail et les conditions de travail de la classe ouvrière et des paysans pauvres empirent jour après jour dans tout le monde capitaliste.

La situation pour tous les travailleurs est cruciale; Les jeunes générations, les jeunes travailleurs, les jeunes scientifiques et les jeunes agriculteurs vivent dans l’incertitude et l’insécurité pour l’avenir.

La FSM essaie d’organiser la résistance et les luttes des syndicats dans tous les coins de la planète, pour défendre les acquis des travailleurs dans chaque pays et dans chaque secteur.

Depuis ce podium, nous condamnons les persécutions syndicales au Kazakhstan; Nous exprimons notre solidarité avec les syndicalistes en Colombie qui souffrent de la violence des groupes paramilitaires; nous sommes particulièrement aux côtés des syndicalistes colombiens qui luttent contre les efforts du démantèlement de leurs syndicats. Aux côtés des travailleurs du Honduras qui luttent pour conventions collectives, aux côtés des enseignants au Mexique dans leurs luttes contre les réformes d’éducation, nous exprimons notre solidarité avec les ex-Braceros et avec nos frères en Angola. Nous exprimons notre solidarité avec les enseignants et la classe ouvrière en Turquie qui subissent les conséquences des politiques antidémocratiques du gouvernement turc. Nous condamnons la politique anti-ouvrière de la multinationale SAMSUNG et nous soutenons le « Samsung General Labor Union » et son Secrétaire Général, Kim Sung Hwan, qui a été emprisonné pour 3 ans à cause de son activité syndicale.

La situation est compliqué et incertaine. La pauvreté extrême et le chômage élevé suscitent beaucoup de difficultés dans le développement des luttes.

Mais nous n’avons aucune alternative. C’est notre devoir d’unir tous les travailleurs sur la base de leur classe sociale et d’organiser notre résistance, parfois de manière défensive, parfois en attaquant; Avec une stratégie flexible et intelligente afin d’avoir des résultats concrets et positifs en faveur des travailleurs.

Parallèlement à la lutte pour nos droits financiers, sociaux, démocratiques et syndicaux que nous devons mener, nous devons aussi renforcer notre action contre les stratégies de l’impérialisme, des multinationales et des transnationales qui causent des carnages aux nombreux peuples et forcent des millions de personnes à abandonner leur pays, leur région et leur domicile.

En tant que FSM, au sein du mouvement syndical international, nous plaçons au premier plan de nos luttes notre solidarité et notre internationalisme avec les peuples et les pays qui subissent des interventions impérialistes.

– Le Venezuela est aujourd’hui la cible des politiques des États-Unis et de leurs alliés.

– Cuba continue de souffrir du blocus criminel américain qui dure plus de 55 ans.

– Le peuple palestinien vit toujours sans avoir son propre pays, alors que des milliers d’enfants palestiniens sont emprisonnés dans les prisons d’Israël.

– Le peuple syrien souffre des attaques des milliers de mercenaires recrutés et soutenus par les impérialistes.

– Les peuples d’Irak, du Mali, de Libye, d’Afghanistan, souffrent des politiques antidémocratiques.

– La région du Golfe est en feu en raison des rivalités économiques et des antagonismes intra-impérialistes.

– Le peuple du Mexique subit le racisme et les menaces du Président américain, qui menace de construire un mur et de persécuter tous les immigrants économiques.

Voilà en grandes lignes la sombre réalité du capitalisme d’aujourd’hui.

Dans ces conditions, la classe ouvrière mondiale, tous les travailleurs, nous avons besoin d’un mouvement syndical militant, efficace et actif. Nous avons besoin de syndicats qui auront du courage, qui résisteront, qui seront démocratiques; Qu’ils feront attention à la base de leurs membres et qui réuniront tous les travailleurs indépendamment de leur religion, couleur, sexe et langue.

Dans le cadre actuel, le thème «Construire l’avenir avec le travail décent» c’est plus précis que jamais et ne peut être atteint que par des luttes de classe, ayant au centre la satisfaction des besoins actuels des travailleurs.

Le mouvement syndical a également besoin d’une OIT représentative, sans exclusions ni discriminations; Avec de l’égalité de traitement envers ses syndicats membres, avec de la démocratie et de la transparence.

Dans cette direction, la FSM a créé et distribué un texte de principes généraux. Nous continuerons notre lutte jusqu’à ce que l’image unilatérale actuelle du Conseil d’Administration prenne fin. La représentation proportionnelle, l’égalité et la transparence sont les conditions préalables au travail décent et aux relations décentes.

Je vous remercie.

source: http://www.wftucentral.org/106e-cit-session-pleniere-12-juin-2017-discours-du-secretaire-general-de-la-federation-syndicale-mondiale-m-george-mavrikos/?lang=fr
 
source: 

Publié dans syndicat

Commenter cet article