Les prisonniers politiques de Gdeim Izik refusent l'expertise médicale menée par un staff marocain

Publié le par anonyme

Salé (Maroc), 09 avr 2017 (SPS) Les prisonniers politiques sahraouis du groupe  Gdeim Izik ont refusé l'expertise médicale demandée par la cour d'appel de  la ville de Salé, par une commission marocaine, estimant que cela est  contraire au protocole d'Istanbul qui stipule que l'expertise médicale doit  être impartiale, a indiqué la Ligue de défense des prisonniers sahraouis.

En réponse à "la sortie médiatique de la cour d'appel marocaine de Salé où  se déroule le procès des prisonniers  sahraouis (groupe Gdeim Izik), sur le  refus de l'expertise médicale par les détenus", la Ligue a indiqué que "ces  derniers ont refusé l'expertise médicale par une commission marocaine, qui, selon eux, ne sera pas impartiale ", ajoutant que les détenus politiques  ont "exprimé leur attachement au protocole d'Istanbul qui souligne la  nécessité de l'impartialité dans la procédure de l'expertise médicale", ont  rapporté des sources médiatiques sahraouies.

La cour d'appel de la ville de Salé où se déroule le procès des détenus de  Gdeim Izik, avait indiqué que "les détenus ont refusé l'expertise médicale  par une commission marocaine".

Le Comité des Nations Unies contre la torture, basé à Genève,  rappelle-t-on, avait "condamné l'année dernière la torture contre le détenu  Naama Asfari pour obtenir des aveux lors de sa détention. A cet effet, le  Comité onusien avait exigé du Maroc d'indemniser la victime dans un délai n'excédant pas les 180 jours, ce qui aura un impact positif sur les autres  détenus politiques sahraouis du groupe Gdeim Izik, a ajouté la Ligue. (SPS)

020/090/700

source: http://www.spsrasd.info/news/fr/articles/2017/04/09/8176.html

Publié dans afrique

Commenter cet article