CETA : après le vote au Parlement européen, la bataille continue !

Publié le par anonyme

 
 

CETA : après le vote au Parlement européen, la bataille continue !

 
 
 

Cher·e·s ami·e·s,

Vous le savez sans doute, le CETA a été voté au Parlement européen le 15 février. À ce stade, en dépit de notre mobilisation croissante, nous n’avons pu empêcher la ratification du traité à Strasbourg, mais pour de nombreuses raisons, la bataille est loin d’être perdue : nous allons poursuivre notre lutte collective contre le CETA.

Il faut tout d’abord se féliciter des résultats de notre campagne de pression sur les eurodéputé·e·s afin qu’ils et elles refusent de ratifier le CETA : la France est le pays qui a le plus voté contre le CETA, seul·e·s 16 eurodéputé·e·s sur 74 ont soutenu l’accord (à l’exception du FN, vous pouvez retrouver le détail des votes ici) ! Un résultat inespéré il y a encore quelques semaines, obtenu grâce aux courriers, manifestations locales, rendez-vous, campagnes d’affichage et à toutes les actions que nous menons depuis plusieurs mois pour faire basculer le rapport de force.

« Rien n’est perdu ! »

38 chances de bloquer le CETA

Une grande partie de ses dispositions sera « provisoirement » appliquée rapidement (au lieu du 1er mars, il est désormais question du 1er avril voire du 1er mai). Mais pour entrer pleinement et définitivement en vigueur, le CETA devra être approuvé par 38 parlements nationaux et régionaux [1]. Et ce sont là 38 chances supplémentaires de mettre en échec cet accord destructeur, qui empêchera d’engager la transition écologique et sociale et d’assurer la protection de tou·te·s !

Continuez à vous mobiliser

En attendant de connaître la nouvelle majorité politique qui présidera à la ratification du traité dans notre pays, nous avons mille occasions de continuer notre mobilisation :

  • > Continuez de faire connaître les implications du traité autour de vous, dans vos territoires, organisez des débats publics, diffusez du matériel lors des événements associatifs et culturels locaux !
  • > Demandez aux candidats à l’élection législative dans votre circonscription s’ils comptent ratifier le CETA ! Ecrivez leur, organisez des rassemblements devant leurs permanences, et s’ils s’y sont déclarés favorables, dénoncez leur soutien au traité par des actions de protestation, des interpellations publiques lors de leurs apparitions… !
  • > Les villes restent également mobilisées ! À la suite du vote du 15 février, lors du sommet des élu·e·s hors TAFTA/CETA, les élu·e·s de collectivités locales réuni·e·s à Grenoble publiaient leur réplique au vote du Parlement européen.

Pour continuer à nourrir cette dynamique locale, déclarez ou faites déclarer vos collectivités « zone hors TAFTA/CETA », vos commerces, bars, restaurants et lieux culturels dans « Mon quartier hors TAFTA/CETA ».

Revivre la mobilisation à Strasbourg

À Strasbourg les 14 et 15 février, nous étions plus d’un millier d’activistes venu·e·s des quatre coins de l’Europe à se retrouver pour faire entendre la voix des citoyen·ne·s au moment du vote de cet accord qui donnerait les pleins pouvoirs aux multinationales !

Vous pouvez encore signer et faire signer cette pétition.

À très bientôt pour de nouvelles actions et mobilisations contre le CETA !


Aller plus loin

 
 
 

[1Pour tout comprendre sur l’application provisoire et les ratifications nationales, voir la FAQ des Amis de la Terre et l’analyse de l’Aitec (voir page 21 : « Ratifications nationales et application provisoire »).

Publié dans TAFTA

Commenter cet article