La Bolivie fait face à des déclarations xénophobes de la ministre argentine

Publié le par anonyme

La Paz, 31 jan (PL) Le gouvernement bolivien a présenté aujourd'hui une position officielle sur les déclarations du ministre de la Sécurité de l'Argentine, Patricia Bullrich, sur l'ingérence alléguée des citoyens nationaux dans l'augmentation de la drogue dans le pays.

 

En premier lieu, nous allons écouter l'explication de l'ambassadeur de l'Argentine en Bolivie, Normando Alvarez, puis les mesures appropriées seront prises, a déclaré aux journalistes le Ministre de Défense, Reymi Ferreira.

Ferreira a regretté les déclarations faites il y a quelques jours par Bullrich, qui a attribué aux citoyens péruviens, paraguayens et boliviens la responsabilité de l'augmentation du trafic de drogue dans son pays.

Il a clarifié que lorsqu'ont détecte sur le site officiel du gouvernement argentin les statistiques sur les prisonniers détenus pour trafic de drogue on dit que seulement 13 pour cent sont des étrangers, tandis que 87 pour cent nationaux.

Selon le titulaire de la Bolivie, ces données démystifie les revendications par le ministre, parce qu'en plua elle n'ont aucun soutient.

Des déclarations Bullrich, le gouvernement les décrit comme malheureux et loin de la vérité.

Selon Ferreira, les mots de la ministre génèrent la xénophobie et lattaques de racisme desquels la population bolivienne a déjà été victime.

Cependant, un groupe de législateurs boliviens a annoncé qu'ils ont réussi à travers le ministère des Affaires étrangères à représenter de la position officielle prise par le gouvernement argentin.

Les parlementaires ont rejeté les décrets émis par l'Argentine qui resserrent les contrôles d'immigration pour les Boliviens, une décision considérée comme xénophobe .

Rm/oda/clp

source: http://frances.prensa-latina.cu/index.php?option=com_content&view=article&id=880012:bolivie-fait-face-a-des-declarations-xenophobes-de-la-ministre-argentine&opcion=pl-ver-noticia&catid=2&Itemid=203

Publié dans Bolivie, argentine

Commenter cet article