Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Destitution de Dilma Rousseff : le glas de la démocratie sonne pour les étudiants brésiliens

le 31 août 2016

Cet après-midi, le Sénat brésilien a voté la destitution définitive de la Présidente de la République Dilma Rousseff. Cette procédure est l’aboutissement d'années de forcing de la bourgeoisie brésilienne, au début dans la rue puis dans les institutions, pour reprendre le pouvoir que les urnes leur refusent. Les accusations portées à l'encontre de Dilma Rousseff de « crime de responsabilité » et de corruption ont été déclarées irrecevables par de nombreux juristes brésiliens et internationaux. La procédure de destitution dévoile alors son vrai visage : une manipulation de la Constitution au profit d’une oligarchie mafieuse et revancharde. Avec ce véritable coup d’État, cette dernière entend remettre en cause les 14 dernières années de politiques sociales des gouvernements progressistes, ainsi que leur positionnement dans le camp anti-impérialiste en Amérique latine.

Les étudiants ont été dès le début dans le combat pour la démocratie, malgré la « chasse aux étudiants » ouverte par les libéraux golpistes. Les étudiants se sont opposés d’abord aux budgets d’austérité dans l’éducation dans les États gouvernés par les libéraux. Ensuite, après la mise en place du « gouvernement de transition », ils se sont mobilisés contre la suppression du programme de bourses CAPES (pour les doctorants voulant effectuer une période à l’étranger), une manœuvre de Temer pour faire faiblir la construction de la solidarité internationale avec les brésiliens. Enfin, ils ont lutté récemment contre la réduction de 51% du budget du « Réseau national de la recherche », utilisée comme prétexte par le nouveau gouvernement pour annoncer la coupure du réseau internet dans l’ensemble des universités du pays.

L'Union des Etudiants Communistes dénonce cette nouvelle étape du golpe au Brésil et réaffirme sa solidarité avec les progressistes qui continuent à lutter pour la démocratie et la justice sociale. La destitution de Rousseff marque un grand bond en arrière pour cette jeune démocratie, pour les classes populaires et les étudiants, ainsi que pour tout le camp anti-impérialiste d’Amérique latine. Nous démeurons solidaires des étudiants brésiliens notamment dans leurs luttes contre la marchandisation des universités et la dégradation des conditions d’étude, que le gouvernement Temer voudrait imposer à coups de censure et répression.

source: http://www.jeunes-communistes.org/2016/08/31-destitution-dilma-rousseff-glas-d%C3%A9mocratie-sonne-%C3%A9tudiants-br%C3%A9siliens-12914

Tag(s) : #brésil, #UEC

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :