Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Solidarité avec les étudiants et enseignants mexicains victimes de la répression

le 26 juin 2016

Au Mexique, le gouvernement du président Enrique Peña Nieto a présenté une réforme de l’éducation néolibérale : prévoyant privatisations, coupes budgétaires et suppressions des postes dans l’enseignement et l’administration. Elle vise aussi à limiter le rôle des syndicats dans la nomination et promotion des enseignants, ainsi qu’à instaurer un système d’évaluation permanente du travail de ces derniers. La réforme ne ferait qu’empirer l’état des établissements scolaires et universitaires mexicains, dont les enseignants déplorent depuis bien longtemps le manque de personnel et d’équipements pédagogiques ainsi que la vétusté des infrastructures.

Le 19 juin, alors qu’enseignants et étudiants se mobilisaient contre le projet de réforme à Oaxaca, la police a tiré à balles réelles sur les manifestants. Huit enseignants sont morts et on décompte plusieurs dizaines de blessés et d’arrestations. Les pouvoirs publics ont une fois de plus essayé d’enterrer les responsabilités des forces de police lors de la répression, affirmant que la fusillade aurait été occasionnée par des « inconnus » et niant que la police était dotée d’armes à feu lors des affrontements. De plus, le Secrétaire d’Etat à l’éducation refuse toujours d’ouvrir à nouveau les négociations avec les syndicats et, après la répression policière, a continué à procéder à des licenciements abusifs des enseignants grévistes.

L’Union des Etudiants Communistes condamne la répression violente du mouvement social contre la réforme de l’éducation au Mexique. Nous affirmons notre solidarité avec les étudiants et enseignants qui se mobilisent contre la dérive néolibérale du gouvernement de Peña Nieto, promoteur d’un système autoritaire et corrompu. Tout comme lors de la disparition des 43 étudiants d’Ayotzinapa en 2014, le gouvernement mexicain continue à vouloir détourner l’opinion publique vis-à-vis de ses responsabilités lors de ces crimes d’Etat. Nous exigeons au contraire que vérité et justice soient établies pour les crimes du gouvernement contre les mouvements sociaux et les médias indépendants (assassinats, tortures, disparitions, arrestations politiques. Nous n’oublions pas les responsabilités de la France face à la crise des droits de l’Homme en cours au Mexique : au lieu de dénoncer la répression et le bafouement des droits civils et sociaux, le gouvernement français entretient toujours des relations privilégiées avec le Mexique, relevant exclusivement des considérations de « diplomatie économique ».

source: http://www.jeunes-communistes.org/2016/06/26-solidarit%C3%A9-avec-%C3%A9tudiants-et-enseignants-mexicains-victimes-r%C3%A9pression-12893

Tag(s) : #UEC, #amérique latine

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :