Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

1 mai: Condamnation de masse de la loi-guillotine

Le Front militant de tous les travailleurs (PAME) a scellé les actions de grève de trois jours, qui ont commencé avec une grève de 48h les 6 et 7 mai et se poursuivaient hier avec la grève de 24h du 1er mai qui, en raison de Pâques orthodoxe, a été déplacée au 8 mai, en organisant un rassemblement particulièrement massive dans l’après midi du dimanche 8/5. Ce rassemblement a exprimé l'opposition du peuple à la loi-guillotine pour la Sécurité sociale et la fiscalité, peu de temps avant de sa présentation en séance plénière au Parlement.

Le SG du CC du KKE, Dimitris Koutsoumpas, a fait la déclaration suivante à la presse lors du rassemblement du matin : « Il y a 130 ans, les travailleurs de Chicago et plus tard leurs successeurs ont versé leur sang pour les droits de leur classe. Aujourd'hui, le capital et ses gouvernements tentent de renverser tous ces acquis que les travailleurs de notre pays et du monde entier ont gagnés avec leur sang. Nous ne devons pas accepter cela. La classe ouvrière, le mouvement syndical dans notre pays et en Europe, à l'échelle internationale, doivent se regrouper, rassembler ses forces et lancer une nouvelle contre-attaque. La retraite temporaire, les grandes difficultés que nous affrontons aujourd'hui ne doivent pas nous conduire à la déception et au fatalisme. Les travailleurs, les peuples ont la force. Ils doivent utiliser cette force. Le KKE, le mouvement ouvrier de classe et le reste du mouvement populaire en Grèce et partout dans le monde luttent dans cette direction ».

Le soir du 8 mai, des milliers de personnes se sont réunies une fois de plus aux points de rencontre organisés par le PAME afin de participer au rassemblement devant le Parlement, au moment de clôture du débat sur la loi-guillotine. Cette loi prévoit de nouvelles charges fiscales pour la classe ouvrière et les couches populaires, ainsi que la poursuite de la destruction de la Sécurité sociale. En fin de compte, le gouvernement SYRIZA-ANEL a adopté la loi antipopulaire par 153 voix sur un total de 300 députés au Parlement, malgré le harcèlement par les députés du KKE. Prenant la parole au Parlement, D. Koutsoumpas a souligné: «La lutte ne s’arrête pas ici. Le peuple va montrer sa force véritable ».

Dans le même temps en dehors du Parlement, où des milliers de personnes étaient rassemblées, il y avait une tentative par les provocateurs et les forces de répression de disperser le grand rassemblement et de forcer le peuple à quitter la place Syntagma, en créant une atmosphère de tension par le lancement même sur les manifestants des cocktails Molotov, des gaz lacrymogènes, des grenades assourdissantes, sous prétexte de «dispersion» des «cagoulés», qui, auparavant, avaient été littéralement poussés par les forces de police sur les manifestants à l’avenue Amalias. Cette tentative, qui avait été dénoncé au Parlement par le groupe parlementaire du KKE, n'a pas réussi. Ensuite, le groupe parlementaire du KKE, le SG du CC du Parti Dimitris Koutsoumpas à sa tête, a quitté le Parlement où la discussion sur la loi de la Sécurité sociale s’était poursuite, et s’est joint aux manifestants au milieu des applaudissements.

source: http://inter.kke.gr/fr/articles/1-mai-Condamnation-de-masse-de-la-loi-guillotine/

Tag(s) : #Grèce, #syndicat

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :