Rassemblement place du Châtelet à Paris le 2 avril, pour le retrait de la loi antiterroriste, pour la libération des prisonniers politiques en Corée du Sud

Publié le par anonyme

Rassemblement place du Châtelet à Paris le 2 avril, pour le retrait de la loi antiterroriste, pour la libération des prisonniers politiques en Corée du Sud

Publié le 27 mars 2016 | Poster un commentaire

Le samedi 2 avril 2016, de 14h30 à 17h, un rassemblement se tiendra à Paris place du Châtelet, à l’initiative du Comité international pour les libertés démocratiques en Corée du Sud (CILD). Nous exigerons l’abrogation de la loi antiterroriste en Corée du Sud, ainsi que la libération de tous les prisonniers politiques détenus par les autorités sud-coréennes, aux côtés d’autres militants coréens et d’organisations défendant les libertés démocratiques et sociales en Corée du Sud.

Dans la nuit du 2 au 3 mars 2016, le Parlement sud-coréen a adopté une nouvelle loi antiterroriste avec les seules voix des députés de la majorité – la séance ayant été boycottée par l’opposition, qui avait mené pendant neuf jours une obstruction parlementaire d’une durée sans précédent (38 députés avaient prononcé des discours fleuves dont certains dépassé dix heures).

Car sous couvert de lutte contre le terrorisme c’est bien un nouvel instrument de répression de toutes les oppositions politiques et syndicales qui a été mis entre les mains des autorités conservatrices sud-coréennes. La nouvelle législation donne des pouvoirs exorbitants de surveillance et de contrôle à l’Agence nationale de renseignement (NIS), bras armé de toutes les atteintes aux libertés publiques en Corée du Sud : l’ingérence éhontée du NIS dans l’élection présidentielle de 2012, en faveur de la Présidente proclamée élue Mme Park Geun-hye, a conduit à la condamnation de son directeur, et c’est encore le NIS qui a fomenté le procès truqué ayant conduit à l’interdiction du Parti progressiste unifié (PPU) et à son expulsion du Parlement – une première en Corée du Sud depuis la période de la dictature.

Intimidations de la presse, restrictions à la liberté de manifestation, censure d’Internet, arrestations arbitraires – dont celle du militant historique des droits de l’homme Park Rae-gun, coupable d’avoir défendu les familles des victimes du naufrage du ferry « Sewol », dont la gestion a révélé l’incurie gouvernementale : les signes de la dérive autoritaire à l’œuvre à Séoul se multiplient, dans l’indifférence des capitales occidentales soucieuses de développer les échanges économiques et commerciaux avec la Corée du Sud. Mme Park Geun-hye, fille du dictateur Park Chung-hee ayant tué des milliers d’opposants, a été reçue en grande pompe à l’Elysée par le Président François Hollande.

Le tournant sécuritaire se double d’une régression sans précédent des droits des travailleurs et d’une multiplication des arrestations d’opposants, dont celle du dirigeant de la centrale syndicale KCTU, dont le crime est bien d’ avoir organisé les manifestations de masse les plus importantes qu’aient connues la Coré du Sud en un quart de siècle.

Dans ce climat délétère, nous ne devons pas nous taire, tout particulièrement en France quand le prétexte de l’adoption de la loi antiterroriste est les terribles attentats de Paris du 13 novembre 2015, alors que la menace djihadiste est très faible en Corée du Sud.

Nous appelons toutes et tous, attachés aux libertés démocratiques, à nous rejoindre place du Châtelet à Paris, le samedi 2 avril 2016 à partir de 14h30, pour faire entendre l’exigence de retrait de la loi antiterroriste et de libération des prisonniers politiques en Corée du Sud.

source: https://solidaritecoree.wordpress.com/2016/03/27/rassemblement-place-du-chatelet-a-paris-le-2-avril-pour-le-retrait-de-la-loi-antiterroriste-pour-la-liberation-des-prisonniers-politiques-en-coree-du-sud/

Publié dans corée

Commenter cet article