Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au Tchad, la répression continue contre le mouvement étudiant

le 03 janvier 2016

Au mois de décembre les mobilisations étudiantes ont repris de l’ampleur au Tchad. À l’université de N’Djamena les étudiants manifestaient le 28 décembre pour réclamer le paiement de leurs bourses scolaires, en retard de six mois. Le rassemblement pacifique a été interrompu par l’intervention des forces de police, qui ont violé les règlements en faisant irruption dans les locaux des facultés pour disperser les étudiants en tirant à balles réelles en l’air. Tout comme à N’Djamena, une manifestation avait été dispersée par la police le 9 décembre à l’université d’Abéché, lorsque les étudiants se dirigeaient vers l’ENS.

Avec la chute des cours du pétrole, le Tchad est confronté à une baisse drastique de ses revenus. Le gouvernement a opté alors pour une politique budgétaire d’austérité qui se traduit par une réduction des prestations sociales. Les mobilisations de décembre ne sont que la continuation de celles menées pendant toute l’année dans les principales universités du pays, et auxquelles le gouvernement n’a su répondre que par la violence et la criminalisation (accusant les étudiants d’organiser un soulèvement populaire contre le régime). En avril, la répression et les arrestations ont touché les étudiants en Sciences de la santé, en grève pour obtenir le paiement des bourses. Au mois de juillet, le mouvement s’étendait à tout le pays et aux étudiants tchadiens à l’étranger aussi (exclus progressivement des universités suite au manque d’engagement du gouvernement à assurer leurs bourses à l’étranger). En août, la répression rejoignait son apogée avec l’arrestation et la détention dans un lieu secret des responsables de l’UNET (Union Nationale des Étudiants Tchadiens), principale organisation étudiante du pays.


L’Union des Étudiants Communistes est solidaire des étudiants tchadiens, qui ne font que réclamer leur droit au versement des bourses. Nous dénonçons la violence des autorités à l’encontre du mouvement étudiant. Nous exigeons la libération des étudiants emprisonnés et la réintégration de ceux qui ont été radiés suite aux mobilisations. Si le gouvernement tchadien ne prendra pas des engagements concrets suite à l’ultimatum lancé par le mouvement étudiant, ce dernier a le droit et le devoir d’amplifier la grève.

SOURCE:http://www.jeunes-communistes.org/2016/01/03-tchad-r%C3%A9pression-continue-contre-mouvement-%C3%A9tudiant-12666

Tag(s) : #UEC, #afrique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :