Un monde sans armes nucléaires: Notre bien commun

Publié le par anonyme

Un monde sans armes nucléaires: Notre bien commun

Présentée aux Nations Unies le 28 septembre 2015 à l’occasion de la 70e Assemblé Générale de l’ONU, cette déclaration intitulée “Un monde sans armes nucléaires : notre bien commun”, marque à la fois le 70e anniversaire des bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki mais aussi les 70 ans de la fondation des Nations Unies.
Elle est soutenue en France par :

  1. Philippe Rio, maire de Grigny, président de l’AFCDRP-Maires pour la Paix France
  2. Jacqueline Belhomme, maire de Malakoff, vice-présidente de Maires pour la Paix International
  3. Franck Demaumont, maire de Châlette sur Loing, Vice-président de l’AFCDRP-Maires pour la Paix France
  4. Jean-Claude Kennedy, maire de Vitry-sur-Seine, Vice-président de l’AFCDRP-Maires pour la Paix France
  5. Eddie Aït, Conseiller régional d’Ile-de- France, Délégué spécial du président, trésorier de l’AFCDRP-Maires pour la Paix France
  6. Didier Guillaume, maire de Choisy-le-Roi
  7. Paul Quilès, maire de Cordes sur Ciel, ancien Ministre de la Défense
  8. Jean-Paul Lecoq, maire de Gonfreville l’Orcher
  9. Alban Bruneau, maire adjoint de Gonfreville l’Orcher
  10. Henri Stoll, maire de Kaysersberg
  11. Jean Charpentier, maire de Lunel-Viel
  12. Didier Paillard, maire de Saint Denis
  13. Marie-France Beaufils, maire de Saint-Pierre-des-Corps
  14. Danièle Bouhourdin, conseillère municipale de Saint-Pierre-des-Corps
  15. Roger Lescoute, maire de Soues
  16. Christophe Faverjon, maire d’Unieux
  17. Carinne Juste, maire de Villetaneuse
  18. Gilles Kouchica, conseiller municipal d’Auriol

Liste complète des signataires disponible sur le site du PNND (en anglais).

Depuis les cendres de la Seconde Guerre mondiale, et à la suite des bombardements nucléaires
d’Hiroshima et de Nagasaki, l’Organisation des Nations Unies a été créée avec une vision commune
de mettre fin à la guerre et d’éliminer « toutes les armes permettant des destructions massives. »
70 ans plus tard, plus de 16 000 armes nucléaires demeurent dans les arsenaux du monde coûtant
100 milliards $ par an – des fonds qui pourraient être utilisés à la place pour lutter contre les
changements climatiques, éliminer la pauvreté et répondre à d’autres besoins sociaux et
économiques.

En tant que parlementaires, maires et responsables religieux, nous nous unissons pour mettre en
évidence les risques persistants d’une catastrophe nucléaire – que celle-ci arrive par accident, par
erreur de calcul ou par intention – et l’impératif morale et de sécurité à parvenir à l’abolition
nucléaire.

Nous réaffirmons la description donnée par le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon à propos
de l’abolition des armes nucléaires, qui est « un des biens les plus précieux pour tous».
D’une certaine manière les maires sont responsables de protéger la sécurité et le bien-être de leurs
citoyens comme de promouvoir les valeurs culturelles et de préserver l’environnement et le
patrimoine; les parlementaires eux, sont responsables des politiques et des lois nationales pour
l’intérêt des générations actuelles et futures ; et les responsables religieux sont responsables de
promouvoir les principes moraux communs et le respect du bien-être de toutes les personnes,
indépendamment de leur origine ethnique, de leur nationalité ou de leur religion.

Ensemble, maires, parlementaires et responsables religieux, nous soutenons l’intérêt commun de
l’abolition des armes nucléaires. Nous rejetons les armes nucléaires, lesquelles menacent notre
humanité, sont contraires à nos principes moraux, violent le droit international et entravent la
sécurité et le bien-être des générations actuelles et futures.

Nous nous engageons à une action de principe pour promouvoir une sécurité partagée et le bienêtre,
sur la base profondément ancrée des principes moraux largement partagées, la primauté du
droit et un profond engagement pour la résolution pacifique des conflits.

Nous invitons les dirigeants mondiaux à s’engager pour faire progresser l’abolition des armes
nucléaires et pour remplacer la dissuasion nucléaire par des approches de sécurités communes à
l’égard des conflits. Nous exhortons donc les États à promouvoir une convention sur les armes
nucléaires ou une série d’accords qui élimineraient les armes nucléaires.

Nous nous engageons à impliquer nos circonscriptions et à renforcer la coopération entre les
responsables religieux, les parlementaires et les maires pour promouvoir cette mission vitale.
Cette déclaration a été adoptée à Hiroshima le 6 Août 2015 et sera présentée à l’Organisation des
Nations Unies le 26 Septembre, Journée internationale pour l’élimination totale des armes
nucléaires.

source:http://afcdrp.com/un-monde-sans-armes-nucleaires-notre-bien-commun/

Publié dans paix

Commenter cet article