Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MJCF: Turquie : la voix des peuples doit triompher

le 16 septembre 2015

Depuis le résultat des élections législatives où le président Recep Tayip Erdogan a vu sa formation perdre en influence, son pouvoir ne cesse de prendre pour adversaire le candidat du HDP Selahattin Demirtas (qui a réalisé un score de 13,12 %) L’acharnement sur les électeurs de ce parti continue et s’aggrave.


Tous ceux qui ont été marginalisés par la politique du Premier Ministre (devenu Président en 2014) ont trouvé une alternative dans le Halkarin Demokratik Partisi-HDP (parti du peuple et de la démocratie) qui regroupe une multitude d’associations, de mouvements et de partis politiques progressistes turcs et kurdes.
Ainsi, lors des législatives, tout a été mis en œuvre pour intimider les électeurs notamment par l’attentat meurtrier de la place centrale de Diyarbakir où le dernier discours avant les élections fut prononcé. Toutefois, toutes ces attaques n’ont pas empêché pas le HDP et ses électeurs d’atteindre un score privant AKP de la majorité absolue.


45 jours après le résultat de ces élections, n’ayant pu former un nouveau gouvernement, le Président Erdogan doit organiser des élections anticipées qui auront lieu en octobre. Il met en œuvre une politique de chaos pour intimider son peuple et s’en prend notamment aux Kurdes du pays, ceci afin de se poser en unique recours face au terrorisme. Un climat de guerre civile est entretenu pour écraser les forces progressistes et éteindre toute contestation. Une défaite électorale pour le parti islamiste AKP est inconcevable pour ses dirigeants car elle signifierait la fin d’un système de prédation économique et autoritaire. Tous les moyens sont mis en œuvre pour conserver le pouvoir.


Pendant une semaine, Cizre, ville kurde où la maire Leyla Imret élue à 83% a été démise de ses fonctions, a été assiégée par l’armée. Les habitants n’avaient pas l’autorisation de sortir dehors. Le blocus a été complet : ni électricité, ni réseau téléphonique, ni eau et barrage aux portes de la ville.

Plusieurs députés du HDP et de nombreuses personnes ont fait une marche symbolique afin de demander la fin du blocus. Après plusieurs tentatives, ils ont réussi à entrer dans la ville. Une fois les interdictions levées, les habitants de la ville dénoncent les assassinats commis par la police et l’armée contre les civils souhaitant sortir dehors pour acheter des vivres. Plus de 20 personnes, dont femmes et enfants, ont perdu la vie. Et les malades n’ont pu être transportés à l’hôpital en raison du blocus par les forces armées. Aujourd’hui, ce scénario se reproduit à Diyarbakir et à Van.

Plusieurs autres incidents sont révélateurs de ce climat violent :
- Dans plusieurs villes, les commerces kurdes ont été pris pour cible par les nationalistes et ont été saccagés et les personnes qui parlent en kurde sont tabassées par des islamo-nationalistes.
- 180 sous-préfectures ont été déclarées en « état d’exception » où les forces spéciales disposent de tous les pouvoirs.
- Mardi soir, « la nuit de cristal d’Erdogan », plus d’une centaine de locaux du HDP ont été saccagés notamment le siège national qui a été mis à feu (rappelant le massacre de 1993).
- Le journal Hurriyet (d’obédience pourtant libérale) a été occupé par des islamo-nationalistes et une journaliste néerlandaise a été expulsée

-Des militants syndicaux dans le secteur automobile notamment sont arrêtés

Le MJCF dénonce la stratégie du chaos adoptée par le gouvernement turc ayant pour but d’étouffer le mouvement de solidarité entre les peuples kurdes et turcs contre l’autoritarisme et pour la démocratie, d’anéantir la diversité culturelle, ethnique et religieuse qui existe en Turquie. La Turquie, par l’intermédiaire de son gouvernement islamiste, participe de la situation chaotique dans la région en étant un soutien de Daech et des forces fondamentalistes dans les pays voisins dont la Syrie.

La France et l’Union européenne sont complices d’un silence meurtrier. Nous appelons François Hollande à cesser les accords de coopération sécuritaire avec la Turquie et à sortir le PKK de la liste des organisations terroristes.


Nous dénonçons le rôle des organisations internationales impérialistes comme l'OTAN et l'UE qui soutiennent sans relâche le pouvoir turc comme en témoignent les récentes décisions du conseil des ministres de l'intérieur de l'Union européenne.

Nous apportons tout notre soutien au peuple kurde, aux forces progressistes et au HDP directement visé, ainsi qu'à l'ensemble du peuple de Turquie. Nous adressons également nos condoléances aux familles des victimes de cette répression.

source:http://www.jeunes-communistes.org/2015/09/16-turquie-voix-peuples-doit-triompher-12484?utm_source=dlvr.it&utm_medium=facebook

Tag(s) : #MJCF, #moyen orient

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :