Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Deux Europe s'affrontent, de Bruxelles à Athènes, aujourd'hui:

Deux Europe s'affrontent, de Bruxelles à Athènes, aujourd'hui:
Cette Europe du combat contre l'austérité, de ceux qui ne veulent plus payer pour banquiers et millionnaires, de la solidarité (comme ce soir à la place Schuman, le rassemblement pour la Grèce avec belle présence du PTB), cette Europe de l'espoir de changer fondamentalement la politique européenne (voir le calicot sur le Parlement grec).
Et puis cette Europe de l'aristocratie financière, de la troïka (le FMI, la BCE, la Commission européenne), de ces ministres des Finances qui viennent de déclarer à la sortie de l'Eurogroupe (avant nouvelle réunion samedi): "Les ministres invitent les autorités grecques à accepter le plan des institutions." Autrement dit, tous ces gens disent: "On vous a fait négocier durant des mois mais en fait maintenant on vous demande une capitulation totale et intégrale."
En lui mettant un revolver sur la tempe (Grexit), Union européenne et FMI imposent au gouvernement grec des mesures d'austérité contraires au vote du peuple et qui ont prouvé toute leur inefficacité. Et même quand le gouvernement grec fait d'énormes concessions, dont des hausses de TVA et la suppression des pensions complémentaires, ce n'est pas encore assez: la prof Lagarde du FMI rejette presque toutes les mesures grecques, en les biffant au bic rouge.
Plus grave: La commission européenne (Juncker, Moscovici) a reçu hier et aujourd'hui les 3 principaux partis grecs d'opposition, qui se disent d'accord pour accepter un deal avec l'Union européenne. Imaginez si Juncker recevaient Ecolo et PTB pour discuter comment écarter le gouvernement Michel-De Wever, on crierait au scandale...
Le but de cette aristocratie financière européenne a été bien résumé ce jeudi par le député PTB Marco Van Hees à la Chambre: "Il y a volonté d'humiliation, déni de démocratie et tentative de déstabilisation du gouvernement grec. Le but n'est pas de sauver la Grèce (que du contraire), ni même d'assurer que les créanciers soient un jour totalement remboursés. Le but est la chute d'un gouvernement grec qui ne doit pas pouvoir montrer au reste de l'Europe l'exemple d'une voie qui s'écarte de l'austérité."
Mais Merkel, Draghi, Lagarde, Dijsselbloem, Moscovici, Juncker, vous ne passerez pas. 89% des Grecs refusent toute nouvelle hausse de la TVA, les pensionnés et travailleurs ne veulent pas d'un nouveau plan made in Troïka. Et ailleurs en Europe, les peuples en ont aussi assez de vos recettes ‪#‎jesoutienslaGrèce‬ ‪#‎lalternativesociale‬

source:facebook

Tag(s) : #europe, #Grèce

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :