Colombie : Farc et gouvernement démarrent, ensemble, le déminage

Publié le par anonyme

Colombie : Farc et gouvernement démarrent, ensemble, le déminage

La Havane - Le gouvernement colombien et la guérilla des Farc ont entamé des opérations conjointes de déminage dans le nord de la Colombie, marquant ainsi leur volonté d'avancer vers la paix malgré une escalade sur le terrain.

Des représentants de la rébellion et des autorités ont déjà mené pendant sept jours un plan pilote dans la région d'Antioquia (nord), ont rapporté vendredi à La Havane responsables cubains et norvégiens, garants du processus de paix ouvert depuis novembre 2012 à Cuba.

Ces premières opérations visaient à récolter des informations afin d'identifier les zones véritablement contaminées par les mines autour de la localité de Briceño, a indiqué devant la presse le diplomate cubain Rodolfo Benitez, précisant qu'y participaient également le CICR et une ONG norvégienne.

Suivra prochainement une phase de nettoyage et de décontamination, a précisé pour la part le diplomate norvégien Dag Nylander.

C'est un geste porteur d'espoir pour la paix, a salué le commandant Pastor Alape, négociateur des Farc, alors que des crispations se font sentir autour de la table de discussions après une série d'attaques de l'armée sur le terrain.

En l'espace d'une semaine, une quarantaine de guérilleros, dont un dirigeant issu de l'état-major des Farc et un ancien négociateur de paix, ont été abattus dans des raids lancés en représailles à une embuscade qui avait coûté la vie à onze militaires le mois dernier.

Ce plan de déminage, conclu début mars entre le gouvernement de Bogota et la guérilla marxiste dans le cadre des négociations de paix, a l'ambition de désactiver toutes les mines antipersonnel dans le pays, en proie à un conflit interne de plus d'un demi-siècle.

Pour la première fois (...) un bataillon de l'armée et les Farc mènent conjointement des actions en faveur d'une population gravement affectée, s'est félicité pour la partie gouvernementale Humberto de la Calle.

Depuis 1990, les explosions de ce type de mines ont causé plus de 2.000 morts et 9.000 blessés en Colombie. Le président Juan Manuel Santos a estimé qu'au moins une décennie serait nécessaire afin de débarrasser le territoire national de toutes les mines antipersonnel.

Les autorités colombiennes, qui ont signé en 1997 la Convention d'Ottawa interdisant le recours aux mines antipersonnel, reprochaient depuis aux Farc, principale rébellion avec près de 8.000 combattants, de continuer à y recourir.

Avec quelque 700 municipalités affectées sur environ 1.120, la Colombie est le pays le plus touché au monde par ce fléau après l'Afghanistan.

Le conflit armé, qui a opposé armée, guérillas communistes, milices paramilitaires d'extrême droite et bandes criminelles, a fait quelque 220.000 morts, selon des chiffres officiels.


(©AFP / 29 mai 2015 20h41)

source:http://www.romandie.com/news/Colombie--Farc-et-gouvernement-demarrent-ensemble-le-deminage_ROM/598034.rom

Publié dans amérique latine

Commenter cet article