Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Turquie : l'UEC solidaire de la mobilisation populaire contre les violences faites aux femmes

le 20 février 2015

Le 14 février dernier, Özgecan Aslan, une étudiante turque de 20 ans, prenait le bus pour rentrer chez elle à Mersin. Pendant le trajet, le conducteur du bus et deux passagers l'ont violée, poignardée puis ont brûlé son corps, avant de s'en débarrasser près d'un lac. Malgré l'arrestation des meurtriers d'Özgecan, la fréquence et la violence des viols et des agressions envers les femmes turques sont préoccupantes. En février et en mars 2015, ce sont 52 femmes (selon le site Bianet, spécialisé dans les droits de l'homme) qui ont succombé à de telles violences en Turquie. Une mobilisation de féministes d'Istanbul a eu lieu le soir même, afin de dénoncer les violences envers les femmes en Turquie.

L'Union des Etudiants Communistes est indignée par ces féminicides révoltants. Ces actes choquants sont symptomatiques d'une société patriarcale qui met de plus en plus les femmes à l'index. Nous nous souvenons avec amertume des propos sexistes du président turc Erdogan, qui incitait il y a peu les femmes à ne pas "rire en public" et qui assure avec aplomb que les femmes ne sont "naturellement pas les égales des hommes". Ils résonnent aujourd'hui d'une manière particulièrement infâme. Pour Erdogan, la "place" des femmes est exclusivement "la maternité", et l'avortement est comparé "à un meurtre".

Pourtant, Erdogan ferait mieux de se préoccuper de meurtres et de viols eux bien réels, qui se produisent chaque jour en Turquie. Et quel bilan ! Ces crimes ont augmenté de 1400% en 7 ans. Nous condamnons avec force les propos toxiques du président Erdogan et de son parti, l'AKP, qui, du sommet de l'Etat, encouragent ces crimes honteux en vantant les mérites du patriarcat le plus répressif.

Aucune femme ne devrait avoir peur de sortir de chez elle et d'emprunter les transports en commun. Aucune femme ne devrait craindre d'être assassinée ou violée parce qu'elle investit l'espace public, ou simplement à cause de son genre. A ce titre, le combat des féministes turques est légitime et nécessaire, malgré la répression implacable des autorités. Özgecan Aslan avait vingt ans. Comme tant d'autres, nous ne l'oublierons pas.

Les étudiants communistes soutiennent les féministes turques dans cette lutte de longue haleine qu'elles mènent contre le patriarcat et le gouvernement Erdogan, mais aussi les mobilisations récentes - suite à ce crime odieux - en Turquie contre les violences faites aux femmes. Nous apportons aussi notre soutien à la famille d'Özgecan et à toutes les femmes victimes de violence en Turquie. Nous continuerons à manifester notre soutien aux forces progressistes turques.

Nous exigeons également que le gouvernement de François Hollande arrête de collaborer avec le gouvernement rétrograde d'Erdogan, qui multiplie les affronts envers les femmes et toute la jeunesse. En Turquie, on compte aujourd'hui près de 900 étudiants prisonniers politiques dans les geôles d'Erdogan, et près de 2800 autres sont poursuivis par la justice pour leurs activités politiques. Cette situation n'a que trop duré !

L'UEC organise la solidarité internationale sur les campus de France. Rejoins-nous pour construire un monde de partage, de solidarité et de valeurs féministes.

source:http://www.etudiants-communistes.org/2015/02/20-turquie-uec-solidaire-mobilisation-populaire-contre-violences-faites-femmes-12047#.VOdikSx-GSo

Tag(s) : #MJCF, #moyen orient

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :