Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pour le PTB, la reconnaissance de l’État palestinien est un pas dans le bon sens

12 Décembre 2014

auteur:

Claire Geraets

Jeudi 11 et vendredi 12 décembre, le débat sur la reconnaissance de l’État palestinien a eu lieu aux parlements wallons et bruxellois. Le PTB a voté pour les motions en ce sens déposées par la majorité, et a plaidé pour que cette reconnaissance soit inconditionnelle et s’accompagne de mesures économiques en vue d’accentuer la pression sur l’État d’Israël. Voici le texte de l’intervention de Claire Geraets, députée bruxelloise du PTB active depuis longtemps dans la solidarité avec la Palestine, lors de la commission parlementaire du 11 décembre.

« En 1948 Israël s’est emparé de presque 80 % du territoire de la Palestine historique. De 1948 à aujourd’hui, on compte 5 millions de réfugiés palestiniens reconnus par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies. La société civile souligne l’existence de 2 millions de réfugiés non enregistrés supplémentaires. Leur droit au retour, comme reconnu par la résolution 194 de l’Assemblée générale des Nations-Unies, ne peut pas être mis en question. Depuis 1967, Israël occupe illégalement Jérusalem-Est, que Tel-Aviv essaie de vider de ses habitants originaux. Sept résolutions des Nations-Unies, dont la 478 du Conseil de Sécurité, condamnent cette tentative d’annexion. En violation du droit international, des frontières d’avant 1967 et des résolutions 242 et 338 du Conseil de Sécurité, les colonies illégales, autoroutes, le Mur et checkpoints israéliens fragmentent aujourd’hui la Cisjordanie. Gaza reste coupé et isolé du reste de la Palestine et les Palestiniens en Israël des citoyens de deuxième rang.

La semaine passée, le jeune activiste Daoud Ghoul (présent il y a deux semaines au Parlement européen à l’invitation de Marie Arena) a été, sans raison ni justification, expulsé de sa maison familiale à Jérusalem-Est et interdit d’accès à tout la Cisjordanie. Mercredi 10 décembre, un ministre palestinien a été tué lors d’une manifestation contre la confiscation des terres palestiniennes, dans le village de Turmus Ayya, près de Ramallah, avec l’intention de planter des oliviers. Fin septembre des bulldozers israéliens ont détruit le réseau d’électricité d’un village palestinien à proximité de Naplouse, en Cisjordanie, financé par la Coopération belge. Résultat : plus d’électricité pour les habitants. Les bergers ne peuvent plus refroidir le fromage et le yaourt qu’ils produisent et ils perdent du coup leur revenu. Presque au même moment, juste après l’horrible agression de cet été contre Gaza, Tel-Aviv annonçait le plus important vol de terres des trente dernières années : 400 hectares de terres palestiniennes seraient annexés.

Face à l’occupation et la colonisation illégales, notre position est claire : nous sommes pour une reconnaissance immédiate et inconditionnelle de l’État palestinien. Nous soutiendrons chaque pas positif dans ce sens.

Aujourd’hui, 135 pays reconnaissent l’État palestinien. Une bonne partie des pays d’Europe de l’Est l’ont reconnu en 1988. Cette année, la Suède est devenue le premier pays d’Europe occidentale à le faire. En reconnaissant l’État palestinien, la Belgique ne ferait donc que le strict minimum et nous voulons que ce strict minimum soit fait le plus tôt possible. On a trop tardé.

Nous espérons que la reconnaissance de l’État palestinien renforcera le rapport de forces sur le terrain. Israël ne modifiera sa stratégie colonisatrice que si des mesures sont prises qui lui font mal. Le PTB demande que la Belgique soutienne un embargo militaire contre Tel-Aviv, que la région abandonne tout projet de mission économique sur place, et reprenne les demandes de la campagne Made in Illegality du CNCD-11.11.11. Au niveau de l’Union européenne, la suspension de l’Accord d’Association, qui fait d’Israël presque un État membre de l’Union européenne, est une nécessité afin d’envoyer un message clair à Tel-Aviv. Un message clair qui a comme objectif le respect du droit international.

La reconnaissance de l’État palestinien doit faire partie de ce message. Le PTB votera donc pour la résolution exhortant le gouvernement belge à reconnaître l’État palestinien comme un premier pas allant dans la direction du respect du droit international. Nous n’avons cependant pas signé la résolution de la majorité, car elle est en dessous du droit international sur la question de Jérusalem-Est et du retour des réfugiés.

Si l’on veut que la reconnaissance de l’État palestinien ne soit pas une déclaration creuse, il faut appliquer des sanctions à l’égard d’Israël — un État qui viole systématiquement le droit international et qui assassine impudemment des ministres palestiniens, comme M. Ziad Abu Ein, assassiné hier par l’armée israélienne lors d’une manifestation pacifique. La reconnaissance d’un État palestinien c’est aussi la reconnaissance de Jérusalem comme capitale palestinienne et le droit au retour des réfugiés comme un droit inaliénable. »

source:http://ptb.be/articles/pour-le-ptb-la-reconnaissance-de-l-etat-palestinien-est-un-pas-dans-le-bon-sens

Tag(s) : #europe, #moyen orient

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :