Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La gauche rassemblée pour Kobané

EUGENIE BARBEZAT

MARDI, 11 NOVEMBRE, 2014

Lors d'un grand meeting de solidarité avec Kobané lundi 10 novembre à Paris, des personnalités politiques de gauche se sont mobilisées pour apporter leur soutien aux résistants Kurdes qui luttent seuls sans relâche contre l'Etat Islamique. Salih Muslim, coprésident du PYD, principal parti kurde de Syrie a pu établir une liaison par téléphone en direct avec Narin Afrin, commandante en chef de la résistance de Kobané leur a permis d'avoir des informations au plus près du terrain.

Une mobilisation de toutes les composantes de la gauche

Karima Delli, députée européenne EEVL, Jean François Pelissier, co-porte parole d'Ensemble, Martine Billard, co présidente du Parti de Gauhe, Julien Dray, vice-président du conseil régional PS d'Ile-de-France , Alain Krivine du NPA et Patrick Le Hyaric, PCF, député européen, directeur de l'Humanité se sont exprimés en présence de Saleh Muslim, coprésident du PYD, principal parti kurde de Syrie, et de nombreuses personnalités françaises comme l'écrivain et journaliste Patrice Franseschi.

Des témoignages inédits, en direct de Kobané

Pour la première fois, une voix a témoigné en direct du théâtre des opérations de la manière dont les Kurdes ont chassé l'Etat Islamique de nombreux quartiers de la ville syrienne de Kobani. Les centaines de participants à ce rassemblement ont ainsi pu apprendre de la bouche de la commandante des opération à Konané, Narin Afrin qui s'est adressé à la salle par le téléphone en direct de la ville syrienne que les forces Kurdes progressaient dans leur "reconquête, quartier par quartier, rue par rue, maison par maison de la ville symbole qu'est Kobané." Cependant, même si aujourd'hui tous les espoirs sont permis quant à cette ville qui était donnée perdue il y a encore quelques semaines, il faut encore lutter car "de nombreux djiadistes se cachent encore dans certaines maisons et peuvent faire beaucoup de dégâts."

"La progression est lente, car Daech (acronyme de l'EI en arabe) a miné les maisons dont il s'est retiré, et nous avons perdu hier un martyr qui a sauté sur une mine. Mais nous allons reconquérir la ville dans un très court laps de temps", a confirmé Saleh Muslim, du PYD.

Narin Afrin, a confirmé que ses forces "ont pu avancer à Kobané", assurant "nous sommes déterminés à exterminer le terrorisme et le fondamentalisme", a promis la "commandante" , sous les applaudissements. "Cela fait 56 jours que nous résistons dans des conditions très difficiles (...) A Kobané, la résistance est dirigée par la femme", a encore ajouté la commandante en chef Narine Afrine, de son vrai nom Mayssa Abdo, 40 ans. En effet, le PYD, parti laïc, met en avant la femme dans son combat. Les autorités locales dans les régions du nord de la Syrie que le PYD contrôle viennent de promulguer un décret garantissant aux femmes les mêmes droits que les hommes et abolissant la polygamie.

Le rôle délétère de la Turquie

Le chef du PYD, dont le parti constitue la branche syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), bête noire de la Turquie, a accusé Ankara "d'aider les terroristes de Daech". Il a par ailleurs indiqué que le Front al-Nosra, branche syrienne d'Al Qaïda en Syrie, avait massé des renforts autour de la ville kurde syrienne de Afrine, à l'ouest. "Nous craignons qu'ils ne préparent un assaut", a-t-il ajouté.

Des accusations visant Ankara, étayées par plusieurs vidéos montrant comment les soldats turcs qui gardent la frontière et empêchent les Kurdes de rejoindre Kobané sont beaucoup plus cordiaux avec les camions qui amènent des renforts à l'EI et dont ils facilitent le passage. La frontière n'est donc pas fermée pour tout le monde...

C'est ce qu'on dénoncé les hommes et femmes politiques présents, appelant de concert à la création d'un corridor humanitaire et à l'ouverture de la frontière afin que les Kurdes qui le souhaitent puissent aller combattre et surtout que les blessés et les civils puissent se réfugier en Turquie.

Un appel à agir concrètement

Dans un vibrant discours, Patrick Le Hyaric a fustigé les "barbares de Daech" et s'est insurgé contre le fait que le PKK qui est aujourd'hui le seul rempart contre ces terroriste soit lui-même encore classé comme une organisation terroriste par UE.

Il s’agit donc maintenant de faire en sorte que de réelles pressions soient exercée sur Erdogan afin qu’ils reconnaissent enfin les Kurde comme des alliés incontournables dans la lutte contre le terrorisme et pour la stabilité de la région. « Les Kurdes sont la seule force organisée sur laquelle s’appuyer pour tenter de sortir de la guerre en Syrie » a affirmé Julien Dray.

Prochain rendez-vous : le 14 novembre

Gageons que la mobilisation pour soutenir les Kurdes contre Daesh va encore s’amplifier, c’est d’ailleurs l’objectif d’une grande soirée de solidarité pour la liberté de Kobané organisée le 14 novembre au siège du PCF, place du Colonel Fabien, à partir de 19 heures. Sur place, se succéderont des prises de parole (de dirigeants de Diyarbakir, de parlementaires français, notamment) et des projections de films tournés lors de la récente visite de Pierre Laurent à la frontière turco-syrienne en face de Kobané.

source:http://www.humanite.fr/la-gauche-rassemblee-pour-kobane-557329

Tag(s) : #moyen orient

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :