Parti communiste du Québec (PCQ) : L'attaque est d'envergure : il s'agit de niveler par le bas plutôt que de faire avancer la situation des retraités … de tous les retraités

Publié le par anonyme

Parti communiste du Québec (PCQ) : L'attaque est d'envergure : il s'agit de niveler par le bas plutôt que de faire avancer la situation des retraités … de tous les retraités

Ci-joint des extraits d'un tract du PCQ, diffusé lors de la grande manifestation du 20 septembre, à Montréal, organisée par les syndicats pour dénoncer le fameux projet de loi No 3 du gouvernement libéral de Philippe Couillard. Également inclus des photos prises durant cette manifestation et montrant quelques uns de nos camarades.

***

Les acquis syndicaux se répercutent habituellement en gains importants pour la population entière. Il n’est pas rare que les victoires syndicales inspirent les gouvernements successifs qui, pour se hisser au pouvoir, finissent par s’engager à accorder à tous les citoyens les succès que les syndiqués eux-mêmes peuvent revendiquer.

Pourquoi alors, sinon pour se montrer les serviles défenseurs des intérêts du patronat dans son ensemble, les Libéraux s’acharnent-ils tant contre les institutions les plus respectés du mouvement ouvrier ? Tous simplement parce que la rente aux actionnaires est une insatiable quête de profits maximums. Elle est recherchée autant parmi les revenus des salariés non marchands, du secteur public, que chez ceux qui sont plus directement impliqués dans la genèse des profits pour les capitalistes.

Au moment où on annonce des hausses de tarifs à l’Hydro et que les loyers les moins chers se font de plus en plus rares, au moment où la facture d’épicerie semble inaccessible au commun des mortels, on discute de la manière d’appauvrir encore davantage les retraités des municipalités en reniant des engagements passés sur l’indexation.

La conjoncture demande des moyens de grande ampleur. Contre une attaque de fond, le mouvement ouvrier a ses armes : la convocation d’assemblées à la base pour demander un mandat de grève générale.

Les Libéraux ont beau appeler au calme, ils jettent continuellement de l’huile sur le feu, provocant l’insatisfaction chez les membres de la base. Il est temps que cette colère s’exprime dans un large mouvement d’opposition recourant à la grève de masse à la manière des étudiants en 2012.

En même temps que nous combattons pour nos droits, il apparaîtra à la population que notre lutte les rejoint parce qu’elle s’élargira à un acquis de société pour tous les futurs pensionnés.

L’unité dans le combat, c’est notre force !

***

source: http://www.pcq.qc.ca/Dossiers/Modeles/index.html?id=Autres/Archives/page_article.htm?article_id=2222&table_de_l_application=articles&lang=fr

Publié dans amérique du nord

Commenter cet article