Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Européennes: réaction de Patrick Le Hyaric

Dans le prolongement des élections partielles depuis deux ans, des élections municipales de mars, un véritable cataclysme politique est à l’œuvre dans notre pays.

Cette onde de choc prend la forme la plus sombre avec la montée de l’extrême-droite et une abstention massive. Celle-ci fait d’ailleurs automatiquement monter le nationalisme populiste. Celui-ci progresse sur fond d’une multitude de crises économique, sociale, démocratique, une crise de sens de l’idée européenne elle-même. A ceci s’ajoute l’éloignement des partis politiques des problèmes réels des gens et la corruption. Le monde entier regarde, depuis dimanche soir, avec des yeux ébahis et incrédules, le pays de la Révolution française, des Lumières, de la Résistance au nazisme.

La droite de l’UMP perd une part importante de ses forces dans un transfert d’une partie importante de ses voix vers cette extrême-droite, depuis que le sarkozysme a voulu reprendre une part de l’argumentaire de l’extrême-droite, libérant ainsi toutes celles et ceux qui croient que leur ennemi serait l’immigré, pour mieux exonérer les banquiers et les rapaces des marchés financiers.

L’ensemble de la gauche est à son plus bas niveau, jugée incapable de répondre aux lourds problèmes auxquels sont confrontés celles et ceux qui n’ont que leur travail ou leur retraite pour vivre.

Au lieu de tirer les leçons des élections municipales, le gouvernement Hollande – Valls a procédé à un nouveau coup de barre ultralibéral. Hier encore, le Premier ministre a annoncé qu’il fallait amplifier le mouvement qui pousse à l’austérité, au chômage, à la désertification rurale et à l’élimination des petits paysans.

Mais la lucidité oblige à reconnaître que celles et ceux qui sont mécontents de l’austérité française et européenne ne se tournent pas vers le Front de gauche qui n’est pas apparu comme porteur d’une alternative progressiste pour la France et pour l’indispensable transformation de la construction européenne, vers la justice, le progrès social, l’emploi, le développement rural, la solidarité. Pour cela, il faudra bien défaire le garrot que met sur l’activité réelle et le travail, la Banque centrale européenne.

Les dirigeants européens et français doivent entendre la voix des peuples et rompre avec les dogmes actuels des traités européens et l’austérité. Une bataille de grande ampleur est indispensable pour d’autres choix européens, transformer la Politique agricole commune, inventer une nouvelle politique rurale et alimentaire, rejeter le très dangereux projet de traité transatlantique. Il est temps qu’ils entendent la colère qui gronde dans le tréfonds du pays, au lieu de passer leur temps à « rassurer les marchés financiers ». Il est urgent de s’occuper d’abord des travailleurs, des retraités, des assurés sociaux, de l’avenir de la jeunesse. Bref, il faut changer profondément à gauche. La situation est trop grave pour ne pas entendre les souffrances et les colères.

Tag(s) : #européennes, #pcf

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :